•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire UNIS : Justin Trudeau témoignera devant un comité parlementaire

Le bureau du premier ministre n'a pas précisé à quelle date Justin Trudeau se présentera devant le comité.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau.

Le premier ministre Justin Trudeau était talonné par l'opposition depuis plusieurs jours.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada

Le bureau du premier ministre a annoncé mercredi que Justin Trudeau témoignera devant le comité parlementaire des finances, qui désire le questionner sur l'attribution par son cabinet de la gestion de la bourse canadienne pour le bénévolat étudiant à l'organisme de charité UNIS. Katie Telford, proche conseillère de Justin Trudeau, a également accepté de témoigner.

Sur la sellette depuis plusieurs jours, Justin Trudeau a finalement accepté l’invitation de l’opposition à venir s’expliquer devant le Comité permanent des finances sur l’attribution par son gouvernement de la gestion du programme de bénévolat étudiant de 900 millions de dollars à l’organisme de charité UNIS (WE Charity en anglais).

Les conservateurs, suivis par les bloquistes, avaient invité Justin Trudeau à témoigner en comité parlementaire après avoir appris que des membres de la famille Trudeau, sa mère Margaret Sinclair, son frère Alexandre et son épouse Sophie Grégoire, avaient touché plus de 300 000 $ d’honoraires de la part d’UNIS pour donner des conférences.

Dans un premier temps, l'organisme avait démenti l'existence de liens financiers avec le premier ministre et ses proches en réponse à des questions de journalistes. Mais par la suite, l'organisme s'est rétracté en invoquant une erreur d'administration .

Une autre enquête

De son côté, le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique annonçait dès le début juillet l'ouverture d'une enquête sur la conduite de Justin Trudeau dans l'octroi de ce contrat.

Le commissaire Mario Dion examinera si le premier ministre a contrevenu aux articles 6 (1), 7 et 21 de la Loi sur les conflits d'intérêts.

Les conservateurs ont également envoyé une lettre à la vérificatrice générale Karen Hogan, estimant que la décision de sous-traiter la bourse canadienne pour le bénévolat étudiant à UNIS mine la capacité du Parlement à surveiller le programme.

Sur leur lancée, ils ont aussi interpellé l'ombudsman à l'approvisionnement.

Les liens de Morneau avec UNIS

Dans la foulée de cette affaire, on apprenait que les deux filles du ministre des Finances, Bill Morneau, qui siégeait aussi au cabinet lors de l’attribution à UNIS du contrat de la bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, entretenaient elles aussi des liens étroits avec l’organisme de charité.

Reconnaissant qu’ils auraient dû se récuser lors de l’attribution du contrat, Justin Trudeau et Bill Morneau ont exprimé leurs regrets la semaine dernière, tout en précisant que c’est sur la recommandation de la fonction publique que leur gouvernement avait octroyé la gestion du programme à UNIS et non en raison de leurs liens avec l'organisme.

Mercredi après-midi, le ministre Morneau a de nouveau attiré l'attention sur cette affaire. Il a déclaré devant le comité des finances de la Chambre des communes avoir fait un chèque de plus de 41 000 $ à l'organisme UNIS pour rembourser des dépenses liées à deux voyages humanitaires organisés en 2017 par cet organisme et auxquels sa famille et lui ont participé.

Une décision controversée

Fin juin, M. Trudeau avait affirmé que l’organisme de bienfaisance UNIS était le seul à pouvoir administrer les plus de 900 millions de dollars du programme de la bourse canadienne pour le bénévolat étudiant, en précisant que la décision avait été prise sur recommandation du ministère de l’Emploi et du Développement social.

UNIS devait avoir la responsabilité de distribuer des bourses allant de 1000 à 5000 $ à des étudiants qui font du bénévolat.

Immédiatement après, les conservateurs ont critiqué le choix de l'organisme en raison des liens entre des membres de la famille Trudeau et les fondateurs de l'organisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !