•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bill Morneau rembourse 41 000 $ de frais de voyages à UNIS

Bill Morneau parle à la Chambre des communes.

Le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau, s'est expliqué sur ses relations avec l'organisme UNIS lors d'un comité des finances mercredi.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Maud Cucchi

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a annoncé avoir fait un chèque de plus de 41 000 $ à UNIS pour rembourser des dépenses liées à deux voyages humanitaires organisés en 2017 par cet organisme auxquels sa famille et lui ont participé.

J'ai toujours eu l'intention de payer le coût total de ces voyages, et il était de ma responsabilité de m'assurer que cela soit fait, a déclaré M. Morneau aux députés du comité des finances de la Chambre des communes, mercredi après-midi.

Le ministre des Finances a avancé que l'organisme UNIS ne lui avait pas soumis de factures après ces deux déplacements. Lors du premier voyage, en 2017, sa fille et son épouse sont allées au Kenya pour découvrir les projets d'UNIS autour des écoles. Lors du second, qui a eu lieu la même année, M. Morneau et sa famille sont allés en Équateur.

En replongeant récemment dans ses papiers, M. Morneau affirme avoir retrouvé des paiements relatifs aux dépenses de ces deux voyages, incluant des vols et des frais d'hôtel s'élevant à environ 52 000 $, mais qu'il lui a été impossible de retrouver les reçus concernant les dépenses associées aux programmes d'UNIS.

41 000 $ pour voyager, c’est interdit. Les ministres ne doivent pas être rémunérés pour leurs déplacements, a rappelé le député néo-démocrate Charlie Angus.

Pour le député conservateur Pierre Poilievre, M. Morneau a commis un acte illégal en sa qualité de ministre, puisqu'il a accepté un voyage payé par un tiers. Par conséquent, il demande au ministre de démissionner, puisqu'il a perdu l'autorité morale nécessaire à l'exercice de sa fonction.

La Loi sur les conflits d'intérêts interdit à tout titulaire de charge publique et à tout membre de sa famille d'accepter un cadeau ou autre avantage qui pourrait l'influencer dans ses fonctions.

Loi sur les conflits d'intérêts

Article 6 : Il est interdit à tout titulaire de charge publique de prendre une décision ou de participer à la prise d’une décision dans l’exercice de sa charge s’il sait ou devrait raisonnablement savoir que, en prenant cette décision, il pourrait se trouver en situation de conflit d’intérêts.

Article 11 : Il est interdit à tout titulaire de charge publique et à tout membre de sa famille d’accepter un cadeau ou autre avantage, y compris celui provenant d’une fiducie, qui pourrait raisonnablement donner à penser qu’il a été donné pour influencer le titulaire dans l’exercice de ses fonctions officielles.

Dans la foulée de ces nouvelles révélations, le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, a demandé la démission du ministre des Finances.

C'est inacceptable, pour un ministre, d'accepter les vacances, les voyages. C'est inacceptable que M. Morneau ait décidé de payer les dépenses le jour de son témoignage [au comité des finances].

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur.

De son côté, le bureau du premier ministre s'est empressé d'apporter son soutien à son ministre dans la tourmente. Un porte-parole souligne qu'il a été franc et direct avec le comité et transparent avec les Canadiens aujourd'hui. Depuis le début de la pandémie, il a travaillé sans relâche avec ses collègues du cabinet pour apporter un soutien essentiel aux Canadiens. Le ministre Morneau continue de faire ce travail sur lequel les Canadiens comptent.

Talonné par l'opposition depuis plusieurs jours, le premier ministre Justin Trudeau témoignera devant le comité parlementaire des Finances au sujet de l'attribution par son cabinet de la gestion de la Bourse canadienne pour le bénévolat étudiant.

Double mea culpa

Face aux réactions indignées des députés présents au comité des Finances, Bill Morneau a choisi comme ligne de défense l'éthique du mea culpa.

M. Morneau a réitéré ses excuses de ne pas s'être récusé des discussions du cabinet sur l'octroi du contrat controversé à UNIS, malgré la collaboration de deux membres de sa famille immédiate avec l'organisation caritative.

Il a répété au comité qu’il n’avait fait que suivre les recommandations formulées par la fonction publique, qui travaille avec beaucoup d'intelligence.

Quant à la possibilité de soumettre un appel d'offre allégé afin d'accélérer le processus décisionnel dans des circonstances exceptionnelles, le ministre des Finances a rétorqué qu'il s'en était simplement tenu à la recommandation qui lui avait été faite.

M. Morneau a par ailleurs précisé certains liens entre sa famille et UNIS : ma fille Claire a donné des conférences à UNIS, comme à d’autres événements, à propos de son livre sur la vie de réfugiées. Elle n’a jamais reçu de compensation [financière] pour ses interventions. Tous les fonds récoltés par son livre sont allés au financement de l’éducation des filles.

Quant à sa fille Grace, parrainée en Ouganda en 2010, elle aurait travaillé pour UNIS comme stagiaire étudiante non rémunérée, en février et mars 2019.

En juillet 2019, elle a été embauchée par UNIS pendant un mois; elle a ensuite obtenu un contrat d’un an comme assistante administrative au sein du département des voyages. Ce contrat arrivera à terme fin août, indique M. Morneau.

Le ministre a également indiqué que sa famille avait fait deux dons totalisant 100 000 $ à l'organisation caritative UNIS – en avril 2018 et en juin, cette année – afin de soutenir le travail de l'organisation auprès des étudiants au Canada, ainsi que pour aider le Kenya pendant la pandémie.

Dans un communiqué rédigé en anglais et rendu public mercredi soir l’organisme WE Charity (UNIS) a fait une mise au point au sujet du voyage de M. Morneau avec l'organisme.

WE Charity a lancé l'invitation à Nancy McCain et Bill Morneau, car ce sont des philanthropes bien connus avec une histoire de dons importants à des programmes de développement international. Nancy McCain et sa fille ont visité les projets de WE Charity au Kenya en juillet 2017 dans le cadre d'une tournée plus large de programmes caritatifs locaux financés par la famille Morneau-McCain [...] Les programmes de développement de WE Charity sont situés dans des régions très rurales des pays en développement, et il n'y a guère d'options d'hébergement alternatives.

Hier, la famille Morneau-McCain nous a contactés pour nous demander si, en fait, leur voyage avait été gratuit. Nous avons confirmé que c'était le cas. Ils ont ensuite remboursé à WE Charity ce qu'ils auraient été facturés s'ils avaient payé à l'époque : 4395 $US par personne.

Extrait du communiqué

Ces révélations surviennent alors que le gouvernement libéral est sous le feu des critiques en raison de ses liens étroits avec l'organisation caritative qu'il avait choisie pour administrer un programme de bénévolat étudiant s'élevant à 900 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique