•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC accuse de terrorisme un Albertain lié au groupe armé État islamique

Un membre des forces irakiennes passe devant une murale au logo de Daech.

Bien qu'il ait subi de lourds revers militaires, le groupe armé État islamique demeure actif en Irak et en Syrie.

Photo : Getty Images / Ahmad Al-Rubaye / AFP

Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Après sept ans d’enquête, la Gendarmerie royale du Canada dépose quatre accusations de terrorisme contre Hussein Sobhe Borhot en raison de ses activités en lien avec le groupe armé État islamique (EI) en 2013 et en 2014.

Selon la GRC, l’homme de 34 ans de Calgary se serait rendu en Syrie du 9 mai 2013 au 7 juin 2014 pour prendre part aux activités du groupe armé État islamique. Il y aurait reçu une formation et aurait participé à un enlèvement au nom de l’EI.

La GRC l’accuse donc de participation à une activité d’un groupe terroriste et d’infraction au profit d’un groupe terroriste.

Le groupe armé État islamique a semé la terreur en perpétrant de nombreux attentats terroristes et en occupant pendant un temps un vaste territoire en Irak et en Syrie.

Après une audience judiciaire, Hussein Sobhe Borhot a été mis en détention provisoire, en attendant sa comparution vendredi à la cour provinciale de Calgary.

La GRC indique que son enquête se poursuit et pourrait mener à d’autres arrestations et accusations.

Le Canada n’est pas à l’abri des menaces terroristes et [nos Équipes intégrées de la sécurité nationale (EISN)] jouent un rôle clé pour défendre la sécurité nationale du Canada, écrit dans un communiqué la surintendante Stacey Talbot, responsable de l’EISN de l’Alberta.

Jason Kenney satisfait des accusations

Le premier ministre albertain Jason Kenney se dit heureux que des accusations aient enfin été portées contre cet ex-membre du groupe armé État islamique. Il aurait voulu qu’elles le soient plus tôt.

C'est un crime grave et épouvantable de quitter la sécurité du Canada pour aller outre-mer pour combattre, parfois contre l’armée canadienne et commettre des actes terroristes contre des innocents, a déclaré le premier ministre.

Jason Kenney rappelle que, en tant que ministre de la Défense nationale, en 2015, il a vu une dizaine de Canadiens rejoindre les rangs du groupe armé État islamique. Il espère que tous devront faire face à la justice canadienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !