•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Cinéma 9, à Gatineau, ferme ses portes au moins jusqu'en décembre

Image prise en journée d'un cinéma de l'extérieur.

Le Cinéma 9, à Gatineau

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Cinéma 9, à Gatineau, cessera ses activités le vendredi 24 juillet, et ce, au moins jusqu'en décembre. Le propriétaire, Didier Farré, évoque une situation financière devenue difficile dans le contexte de la pandémie pour justifier la suspension des projections.

Depuis le 3 juillet, les cinémas québécois sont autorisés à accueillir 50 personnes par salle de projection, ce qui ne permet pas au Cinéma 9 de faire face à ses obligations financières. Les 45 employés de l’entreprise se retrouveront ainsi sans emploi à compter de la fin de cette semaine.

On préfère fermer, parce que c’est perdre de l’argent toutes les semaines, c’est s’endetter, donc il vaut mieux arrêter l’hémorragie.

Didier Farré, propriétaire du Cinéma 9

Didier Farré explique qu’une journée d’été achalandée aurait auparavant rapporté plus de 12 000 $ à son établissement. Or, depuis la réouverture, les recettes d’une journée occupée — comme le mardi — totalisent à peine 350 $. C’est sûr qu’on ne peut pas arriver avec des recettes comme ça, se désole-t-il.

M. Farré aurait souhaité avoir accès à une subvention supplémentaire ou à un prêt financier à faible intérêt. Cette aide aurait permis au Cinéma 9 de subsister jusqu’à la fin de la pandémie, selon lui. Il avance que le Cinéma 9 essaie de tenir le coup jusqu’en décembre. Mais ensuite, on verra, glisse-t-il.

Impact pour les restaurateurs du coin

La fermeture du Cinéma 9 pour au moins les cinq prochains mois préoccupe les restaurateurs qui ont pignon sur rue dans le même édifice du boulevard de l’Hôpital. Ça m’affecte directement, témoigne le propriétaire du Pizzédélic, Benoît Desjardins. Le cinéma était une vache à lait qui m’amenait beaucoup d’achalandage.

Contrairement à d’autres commerçants peinant à remplir leur restaurant un mardi soir, même en temps normal, M. Desjardins tirait notamment profit des soirées de projection au rabais proposées par le Cinéma 9. C’est rare, en restauration, mais moi, j’étais plein les mardis, soutient-il.

Et malgré le nombre restreint de spectateurs admis dans les salles obscures du Québec depuis le 3 juillet, la réouverture du cinéma aidait beaucoup, affirme l’homme d’affaires.

Une offre de cinéma amoindrie

Le propriétaire du Cinéma 9 s’inquiète quant à lui de l’avenir des projections sur grand écran. Selon M. Farré, pendant que les studios américains repoussent les dates de sorties de leurs gros canons, le cinéma québécois se fait lui aussi prier, puisqu’aucune nouveauté n’est attendue avant Maria Chapdelaine, en décembre prochain. Ce n’est pas encourageant pour nous, fait-il valoir.

La suspension des projections du Cinéma 9 survient par ailleurs quelques semaines après l’annonce de la fermeture du Cinéma Aylmer. Il ne reste plus que le complexe Starcité du secteur du Plateau, à Gatineau, pour le public souhaitant consommer du cinéma en salle du côté québécois de la rivière des Outaouais.

Soulignons qu’en Ontario, les cinémas ont récemment pu rouvrir leurs portes. Toutefois, la limite est de 50 personnes par établissement, peu importe le nombre de salles qu’il comporte. Le propriétaire du cinéma ByTowne, à Ottawa, Bruce White, a d’ailleurs évoqué des enjeux semblables à ceux soulevés par M. Farré.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Cinéma