•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ACFA est déçue de l'absence de financement pour les infrastructures du Campus Saint-Jean

Une pancarte à l'entrée du campus Saint-Jean.

L'ACFA provinciale a récemment lancé une campagne pour sauver le Campus Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada / Jessica L'heureux

Audrey Neveu

La situation devient de plus en plus critique pour le Campus Saint-Jean qui cherche toujours des financements. Pour faire des économies, le nouveau président de l'Université de l’Alberta envisage un déménagement du quartier francophone à Edmonton vers le campus principal. Des organismes francophones appellent la communauté à se mobiliser.

L'Association canadienne-française de l'Alberta (ACFA) se dit profondément déçue que le Campus Saint-Jean n'obtienne aucun nouveau financement du gouvernement provincial pour rénover ses infrastructures vieillissantes. Aucun financement n'a été apporté par la province malgré des mois de discussion. 

Ottawa se dit prêt à aider, mais pas sans le gouvernement de Jason Kenney qui a d'autres priorités, selon Sheila Risbud, présidente de l'ACFA.

Sheila Risbud vu du torse à la tête.

Sheila Risbud a participé à un débat pour la présidence de l'ACFA, organisé par l'émission Le café show, sur les ondes d'ICI Première.

Photo : Radio-Canada / Marie Chabot-Johnson

« La province de l'Alberta a investi 98 millions de dollars pour d'autres institutions postsecondaires à travers la province, et se faire dire qu’il n'y a pas d'argent pour le Campus Saint-Jean, ce n’est pas une réponse inacceptable pour nous », dit-elle. 

Il y a un manque de volonté politique quand il s’agit de la communauté francophone

Sheila Risbud, présidente de l'Association canadienne-française de l'Alberta provincial.

Le gouvernement albertain a alloué, dans le cadre de son plan de relance économique, une enveloppe de 98 millions de dollars aux collèges et aux universités de l'Alberta pour des investissements en infrastructures.

L'ACFA dit avoir discuté avec le gouvernement provincial pendant des mois. Selon elle, un projet d'infrastructures de 8 millions de dollars, appuyé par le gouvernement fédéral, est actuellement en suspens, en raison de l'absence de fonds provinciaux.

L'ACFA rappelle que le gouvernement albertain est obligé, en raison d'une entente datant de 1976, de fournir les fonds nécessaires pour que le Campus Saint-Jean, la seule université francophone en Alberta, continue de maintenir et d'améliorer ses services.

Un déménagement potentiel

Lors de rencontres avec la haute direction de l'Université de l'Alberta, le nouveau président de l'Université de l'Alberta, Bill Flanagan, a émis l'hypothèse que le Campus Saint-Jean pourrait déménager au campus principal pour faire des économies. Il affirme également qu'une importante restructuration est à venir au sein de l'Université.

L'ACFA croit que cette intégration entraverait sérieusement l'expérience immersive que le Campus offre à ses étudiants dans le quartier francophone. 

C’est aussi une mauvaise idée pour Jean Johnson, président de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada et directeur général du quartier francophone d’Edmonton. 

Un homme devant le drapeau canadien et une affiche indiquant la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada.

Jean Johnson, président de la FCFA.

Photo : Radio-Canada / Angie Bonenfant

« C'est la grosse pierre angulaire du quartier, ça apporte un trafic et ça offre une vie pendant l'année universitaire », confie-t-il. 

Que va-t-il rester de franco si le campus déménage, se demande-t-il. 

Même son de cloche du côté des étudiants. Natalie Herkendaal, présidente de l'Association des universitaires de la faculté Saint-Jean est contre cette idée d’être intégrés au campus principal de l’Université de l’Alberta.

« Tout le monde autour qui parle la même langue, le français au Campus Saint-Jean. C'est le sentiment d'appartenance qui va disparaître », dit-elle.

On se sent chez soi au campus

Natalie Herkendaal, présidente de l'Association des universitaires de la faculté Saint-Jean

Selon elle, certains étudiants n’ont pas eu cette chance d’être connectés à la culture francophone étant plus jeunes alors ils souhaitent conserver ce lieu

Une source sérieuse avec qui nous avons parlé, mais qui désire garder l'anonymat pour ne pas nuire aux relations entre le Campus et l'Université, affirme que « c’est la responsabilité de l’Université de trouver le million de dollars manquant. C'est vraiment une situation désastreuse pour l’Université. Le Campus est au bord du gouffre. Déménager le Campus, ça fait longtemps que l’idée est évoquée. Cette idée est plus forte que jamais aujourd'hui. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !