•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Il y a 40 ans, Montréal accueillait les Floralies

Foule admirant les jardins intérieurs au Vélodrome olympique en mai 1980.

Il y a 40 ans, Montréal organisait les premières Floralies internationales à l'extérieur de l'Europe.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Du 17 mai au 1er septembre 1980, Montréal accueillait une exposition horticole d’envergure internationale : les Floralies. C’était la première fois que l'événement se tenait à l'extérieur de l’Europe.

Une grande première à Montréal

C’est la deuxième fois en 13 ans que Montréal obtient l’aval du prestigieux Bureau international des expositions. La première fois, bien sûr, c’était pour l’exposition universelle de Terre des hommes.

Yvon Leblanc, 1979

La semaine verte, 18 février 1979

Le 18 février 1979, Yvon Leblanc, animateur de l’émission La semaine verte, présente une entrevue qu’il a effectuée avec Pierre Bourque, l’horticulteur en chef des Floralies qui se dérouleront à Montréal en 1980.

La tenue de cette exposition horticole d’envergure internationale dans la métropole québécoise est un fait remarquable.

C’est la première fois qu’une ville située à l'extérieur de l’Europe est accréditée pour organiser un tel événement.

Par ailleurs, l’exposition doit accueillir une vingtaine de pays, dont la République populaire de Chine, qui est un des endroits où la science de l’horticulture a commencé, ce qui confirme ainsi sa réouverture au monde.

Pour la petite histoire, le gouvernement du Québec souhaitait initialement que les Floralies soient organisées dans la ville de Québec.

Mais le prestige et l’expertise du Jardin botanique de Montréal ont convaincu le ministre québécois de l’Agriculture, Jean Garon, que l’exposition devait être déplacée dans la métropole québécoise.

Pierre Bourque explique qu'une partie des Floralies de Montréal se dérouleront dans le Vélodrome olympique alors que l’île Notre-Dame sera réaménagée pour accueillir des jardins extérieurs.

L’horticulteur en chef des Floralies espère que cette exposition aura un impact considérable pour le Québec.

Il souhaite des retombées économiques, mais aussi éducatives, qui élargiront et développeront les connaissances et le goût des Québécois pour l’horticulture.

Des visiteurs éblouis

Le 17 mai 1980, les Floralies ouvrent leurs portes au Vélodrome de Montréal.

Téléjournal, 17 mai 1980

Le journaliste Gilles Sirois est présent lors de cette première journée et nous apporte un reportage diffusé au Téléjournal ce même jour.

Jean Ducharme anime l'émission.

Le premier jour des Floralies a été un succès fulgurant.

Très tôt, les gens ont fait la file d’attente pour entrer dans le Vélodrome devenu un immense jardin intérieur.

Il y a tellement de visiteurs que les allées sont rapidement saturées.

Les aménagements floraux et les couleurs éblouissent la foule qui remplit le Vélodrome.

Il faut dire que les 23 pays exposants ont tout fait pour transformer les espaces qui leur sont alloués en de merveilleux jardins.

Les gens découvrent une flore qui est leur parfois presque inconnue. Les parfums et le coup d’œil sont inoubliables.

Un succès retentissant

Le 1er septembre 1980 se terminent les Floralies. Le bilan est très positif. Certains parlent même de « coup de maître » lorsqu’ils décrivent l’exposition.

La semaine verte, 28 décembre 1980

L’animateur de La semaine verte Yvon Leblanc interviewe Pierre Bourque une fois les Floralies terminées. L’entrevue est présentée le 28 décembre 1980.

L’horticulteur en chef de l’exposition rappelle que les défis logistiques pour préparer les Floralies ont été nombreux.

L’entrevue se révèle aussi une occasion pour effectuer une rétrospective de l’événement.

On y voit notamment de magnifiques images des plantes et des fleurs de plusieurs pays participants.

L’Italie, les Pays-Bas, la France et les États-Unis sont récompensés avec des prix pour leurs aménagements de jardins intérieurs et extérieurs.

Pierre Bourque souligne aussi les premières participations du Costa Rica, de Cuba, de l’Afrique du Sud et de la Chine, qui apportent beaucoup de diversité à l’exposition.

Un horticulteur arrose les fleurs du jardin du Québec dans le Vélodrome olympique.

Les Floralies de Montréal ont eu lieu du 17 mai au 1er septembre 1980

Photo : Radio-Canada

Les jardins sur l’île Notre-Dame ont par ailleurs permis de présenter la flore du Québec et du Canada.

Une tourbière et un bout de la taïga y ont même été aménagés pour dévoiler la beauté et la complexité des habitats de notre pays.

Des compositions de la Ville de Québec, de la Ville de Laval et de la province de l’Ontario ont été également très admirées.

Pour plusieurs, les Floralies de Montréal ont constitué un choc culturel.

L’événement a permis aux Canadiens d’en apprendre beaucoup sur le savoir-faire des horticulteurs d’Asie, des Amériques et de l’Asie.

L’exposition a aussi fait faire un grand bond à la sensibilité des Québécois pour la protection de la flore et de l’environnement.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Archives

Art de vivre