•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Parti saskatchewanais en tête dans les fonds amassés et dans les intentions de vote

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, et le chef de l'opposition, Ryan Meili.

Le Parti saskatchewanais du premier ministre Scott Moe (à gauche) a amassé 2 millions de dollars en dons de plus que le NPD de Ryan Meili (à droite) lors de la dernière année.

Photo : Radio-Canada / La Presse canadienne/Caitlin Taylor

Alors que le gouvernement de la Saskatchewan a annoncé mardi que le porte-à-porte peut reprendre dans la province, le Parti saskatchewanais détient une forte avance sur ses rivaux néo-démocrates pour ce qui est des fonds amassés dans la dernière année en vue des élections prévues le 26 octobre prochain.

Le parti au pouvoir a également une avance de 25 points sur le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan (NPD), selon un sondage signé EKOS Research.

Sur le plan financier, le parti du premier ministre Scott Moe a recueilli 2 millions de dollars de plus que le NPD de Ryan Meili en 2019.

Répartition des dons

Parti saskatchewanais

  • 3,4 millions de dollars de dons au total
  • 1,9 million de dollars de dons provenant de 15 300 personnes
  • 1,2 million de dollars de dons provenant de 966 entreprises
  • 1500 $ provenant de trois syndicats

Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan

  • 1,35 million de dollars de dons au total
  • 1,07 million de dollars de dons provenant de 9421 personnes
  • 52 900 dollars de dons provenant de 59 entreprises
  • 200 000 $ de dons provenant de 36 syndicats

Les plus importantes entreprises donatrices du Parti saskatchewanais pour l’année 2019 sont PIC Investment Group (26 300 $), Dura Construction (12 800 $) et Jubilee Ford (12 500 $).

Du côté du NPD, l'entreprise enregistrée sous le nom de 101154547 Saskatchewan LTD a donné 6000 $, TD Bank, 5000 $, et finalement McDougall Gauley LLP, 4661 $.

Le parti de Ryan Meili a aussi reçu 69 000 $ du syndicat Unifor lors de la dernière année, et 60 000 $, de la part du Syndicat canadien de la fonction publique.

Les responsables de la campagne électorale pour les deux partis se sont dits encouragés par leurs résultats en matière de collecte en 2019 et pendant la pandémie de la COVID-19.

Beaucoup de gens dans le monde des affaires, tout comme dans la population, croient que le Parti saskatchewanais est le meilleur choix pour la reprise économique de la province. Par conséquent, ils ont décidé de soutenir financièrement notre formation politique, a déclaré le directeur général du Parti saskatchewanais, Patrick Bundrock.

Le président-directeur général du NPD, John Tzupa, souligne pour sa part que son parti souhaite éliminer les dons des entreprises privées et les dons des personnes provenant d’autres provinces canadiennes.

À travers le Canada, il y a une restriction qui limite les dons à ceux qui proviennent des personnes uniquement et il y a aussi une limite sur le montant donné. Nous soutenons pleinement cette réforme, et c’est quelque chose que nous allons faire immédiatement, dit-il.

Les deux partis rivaux ont déclaré que la pandémie de la COVID-19 avait entraîné un changement dans leur façon de collecter des fonds en vue des prochaines élections.

Le NPD accuse 25 points de retard

Un sondage publié en début juillet par EKOS Research donne une avance de 25 points au Parti saskatchewanais, avec 57 % des intentions de vote, comparativement à 32 % pour le Nouveau parti démocratique de la Saskatchewan.

Le sondage a été réalisé au cours des mois de juin et de juillet dernier auprès de 1240 répondants. La marge d’erreur associée à l’échantillon total est de près de 2,8 points, 19 fois sur 20.

Bien que nous soyons encouragés par les résultats des récents sondages, le seul sondage qui compte est celui du jour des élections, et nous continuerons à travailler fort d’ici là pour gagner l’approbation de la population saskatchewanaise, a déclaré Patrick Bundrock.

De son côté, le NPD ne se laisse pas abattre par les chiffres présentés par la firme EKOS Research.

Nous sommes impatients d’avoir l’occasion de confronter notre vision à celle du Parti saskatchewanais. Nous allons travailler activement pour gagner chaque vote, un par un, et obtenir un résultat positif, a répondu le président-directeur général du NPD John Tzupa.

Une avance stable depuis plusieurs années

L’analyste de sondages de CBC Éric Grenier affirme que les récents sondages démontrent une stabilité pour le Parti saskatchewanais.

À l’exception d’une baisse avant la démission de l’ex-premier ministre Brad Wall, le Parti saskatchewanais est toujours demeuré stable autour de 55 % à 60 % d’approbation au cours des quatre dernières années, souligne-t-il.

Il soutient également que le taux d’approbation du premier ministre Scott Moe n’est pas différent.

Les taux d’approbation de Scott Moe ont été remarquablement stables. Il n’a pas eu une hausse de popularité comme les autres premiers ministres au Canada, mais c’est probablement parce que ses chiffres étaient déjà assez élevés, dit-il.

Éric Grenier croit que les chiffres présentés par la firme Ekos Research doivent être examinés avec prudence en raison de la faible taille de l’échantillon.

Les chiffres sont très serrés entre les deux partis à Saskatoon. Il s’agit d’une occasion de remporter des sièges pour le NPD, même s’il ne s’agit que de quelques sièges, affirme-t-il.

La COVID-19 pourrait aussi jouer les trouble-fête, selon l’analyste de sondages. Il explique que la pandémie pourrait toucher la participation des électeurs et qu’une flambée de nouveaux cas pourrait avoir un impact sur l’opinion publique.

Si le taux de participation baisse de manière significative, il pourrait y avoir un impact important sur les résultats. Normalement, une faible participation favorise les partis ayant des partisans plus âgés, mais avec la COVID-19, les personnes âgées pourraient être moins susceptibles de prendre le risque de se rendre au bureau de vote. C’est très imprévisible, explique Éric Grenier.

À l’heure actuelle, la Saskatchewan est la seule province canadienne qui devra se rendre aux urnes en 2020.

Pandémie et campagne électorale

Le Parti saskatchewanais et le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan ont déclaré qu’ils seront prêts à voir les électeurs en personne maintenant qu’ils ont obtenu l’autorisation du gouvernement mardi.

Une pancarte de bureau de vote en Saskatchewan.

L'analyste de sondages Éric Grenier affirme que la COVID-19 pourrait jouer un rôle dans les élections en Saskatchewan prévues cet automne.

Photo : Radio-Canada / James Hopkins

Nous allons suivre toutes les directives, comme s’assurer de respecter une distance physique en reculant du seuil de la porte lorsque nous faisons du porte-à-porte, dit le directeur général du Parti saskatchewanais, Patrick Bundrock.

Même son de cloche du côté de son rival du NPD, John Tzupa, qui affirme que son parti suivra toutes les directives sanitaires de la province.

À noter que le NPD a encore du pain sur la planche, puisqu’il y a 20 candidatures à pourvoir pour présenter une liste de candidats complète. De son côté, le Parti saskatchewanais n’en a que 4 à pourvoir.

Avec les informations d'Adam Hunter

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !