•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique a rattrapé 52 % des opérations reportées à cause de la pandémie

Adrian Dix en point de presse.

Depuis le 18 mai, plus de 62 000 personnes ont été appelées par le système de santé pour planifier leurs traitements, selon le ministre de la Santé, Adrian Dix. (archives)

Photo : Radio-Canada / Mike McArthur

Plus de la moitié des personnes dont les interventions chirurgicales avaient été reportées en raison de la pandémie de COVID-19 ont reçu leur traitement avant la fin du mois de juin, affirme le ministère de la Santé de la Colombie-Britannique.

Après l’annulation des traitements non essentiels, le 16 mars, les opérations de plus de 32 400 personnes en Colombie-Britannique en attente ont été annulées ou reportées pour libérer les lits d’hôpitaux pour les patients atteints par le virus.

Entre le 18 mai et le 25 juin, 52 % de ces interventions chirurgicales ont été effectuées, affirme le ministre Adrian Dix.

Étant donné la période de début, c’est une réussite extraordinaire.

Adrian Dix, ministre de la Santé, de la Colombie-Britannique

Les listes d’attente ont augmenté de 7900 cas entre la mi-mars et la mi-mai. Cependant, les autorités de la santé affirment que ce chiffre pourrait encore augmenter de 24 400 cas dans les mois à venir.

La province a annoncé la reprise des opérations chirurgicales le 18 mai, le jour précédant le lancement de la deuxième phase de sa réponse à la pandémie.

Plus de 62 000 personnes ont depuis été appelées par le système de santé pour planifier leurs traitements.

Nous appelons en priorité les personnes dont les cas sont urgents et qui doivent subir une opération dans les quatre prochaines semaines, explique Michael Marchbank, ancien président de la régie de santé Fraser, qui conseille maintenant le ministère de la Santé. La plupart de ces cas sont pour les opérations chirurgicales pour des cancers, des problèmes cardiaques ou neurologiques.

Il faut désormais 28 % plus de temps pour effectuer un traitement, par rapport à avant la pandémie.

Cependant, la province prévoyait une augmentation de 30 %. Cette différence lui permet de réviser son calendrier. Elle croit désormais pouvoir rattraper son retard en 15 mois, plutôt qu'en 24 mois.

Adrian Dix dit qu’un financement de 815 000 $ est destiné au recrutement de chirurgiens, d’infirmiers et d’anesthésistes.

Les autorités de la santé comptent également accélérer la formation des travailleurs de santé, ouvrir de nouveaux locaux, utiliser les cliniques privées et demander aux chirurgiens de faire des heures supplémentaires au cours des quatre prochains mois, y compris durant les fins de semaine.

Notre dossier COVID-19 : les services ouverts ou fermés dans votre région

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !