•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un début d'été rêvé à l'île d'Orléans

Chez certains commerçants, le nombre de visiteurs à augmenter de 50 % comparativement à pareille date l'an dernier.

Le reportage de Nicole Germain

Photo : Radio-Canada

Malgré la crise sanitaire et les nombreuses consignes, plusieurs indicateurs touristiques sont au vert en ce début d'été à l'île d'Orléans.

Le bureau d'accueil touristique de l'île d'Orléans constate une hausse importante du nombre d'appels. Les touristes québécois affluent en grand nombre en raison des restrictions liées à la COVID-19 qui limitent les options de voyage.

Nous sommes à notre 16e été pour la saison touristique et pour la première fois on a une affluence de tourisme du Québec, de partout au Québec, constate Diane Marcoux, copropriétaire des Fromages de l'isle d'Orléans, à Sainte-Famille.

Elle constate une croissance de 50 % de son nombre de visiteurs depuis le début de l'été, en comparaison aux années antérieures.

La plupart en sont à leur première visite. On serait peut-être allés aux États-Unis. On n'avait jamais été à l'île d'Orléans. On s'est dit : "C'est le moment de le faire", explique Jérôme d'Anjou, un résident de Montréal.

Il y a plein de gens qui se mettent à découvrir le Québec qui viennent nous voir à l'île et qui nous découvrent pour une première fois, ajoute Gabrielle Denault, directrice-relève au Vignoble Sainte-Pétronille.

Gabrielle Denault souriante, devant des vignes.

Gabrielle Denault explique que la terrasse du Vignoble Sainte-Pétronille peut seulement recevoir 50 % de sa capacité habituelle.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Agréable surprise

Si le chiffre d'affaires de plusieurs établissements touristiques n’est pas celui des dernières années, certains sont surpris de l'engouement pour l'achat local.

Les mois de mai et juin ont été assez tranquilles, si on compare avec l'année passée. Nos ventes ont quand même baissé, mais on est agréablement surpris de notre saison de juillet, précise Laurie Drouin, superviseure à la Boutique Cassis Monna & Filles, à Saint-Pierre.

On a pu remarquer des hausses aux ventes. On s'attend surtout que, la semaine de la construction, ce soit assez intense. Ça marche assez bien. On est contentes.

Une citation de :Laurie Drouin, superviseure à la Boutique Cassis Monna & Filles

Un constat partagé par le préfet de la MRC de L'Île-d'Orléans, Harold Noël. Définitivement, l'appel lancé par notre premier ministre sur l'achat local a eu un effet, on croit, sur l'affluence à l'île d'Orléans.

Harold Noël, préfet de la MRC de L'Île-d'Orléans.

Harold Noël, préfet de la MRC de L'Île-d'Orléans

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Succès instantanés

L'engouement pour l'île d'Orléans est toutefois rattrapé par d'autres types de conséquences liées à la COVID-19 : le défi du recrutement du personnel et de l'approvisionnement.

Il y a beaucoup de gens qui ont profité de la prestation canadienne d'urgence et qui malheureusement ne répondent pas à l'appel de venir travailler dans nos entreprises, déplore Diane Marcoux, copropriétaire des Fromages de l'isle d'Orléans.

C'est difficile de pouvoir répondre à la demande, pour la production des produits, mais également pour l'approvisionnement, ajoute-t-elle.

Avec les informations de Nicole Germain

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !