•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lumière pourrait traiter d’autres cancers que celui de la peau

Illustration montrant une tumeur cancéreuse.

La lumière pourrait traiter d’autres cancers que celui de la peau.

Photo : iStock

Radio-Canada

Les traitements qui ont recours à la lumière pour détruire les cellules cancéreuses de la peau pourraient soigner d’autres cancers, estiment des chercheurs québécois, qui pensent que la clé de cette action réside dans la création d’une nanocapsule de silice.

Les Prs Fiorenzo Vetrone et Federico Rosei de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) en ont fait la démonstration dans leurs travaux publiés dans le journal Chemical Science (Nouvelle fenêtre) de la Royal Society of Chemistry (en anglais). 

Ils doivent maintenant tester leur capsule in vivo, c’est-à-dire sur des humains.

L’allié lumineux

Apparues dans les dernières décennies, certaines thérapies dites photodynamiques détruisent les cellules cancéreuses ou précancéreuses avec de la lumière en deux étapes :

  • Dans un premier temps, un médicament photoactivable et photosensibilisant est injecté dans la peau à traiter.
  • Un faisceau de lumière bombarde ensuite le médicament, ce qui déclenche une réaction chimique libérant des dérivés réactifs de l’oxygène (DRO) qui s’attaquent aux cellules malsaines.

Actuellement, cette technique ne permet que de traiter des tumeurs cutanées ou sous-cutanées.

Or, les chercheurs de l’INRS ont trouvé une façon de traiter plus de cancers à l’aide de ces thérapies photodynamiques. Ils utilisent des nanoparticules de silice exploitant la lumière proche infrarouge (LPI) pour pénétrer plus profondément dans les tissus.

Ces nanoparticules convertissent la LPI en lumière visible pour enclencher la réaction chimique et libérer les dérivés actifs de l’oxygène.

Le cancer au Canada

  • Pas moins de 220 000 nouveaux cas de cancer seront diagnostiqués au pays cette année et 82 000 d'entre eux en mourront.
  • Le mélanome sera diagnostiqué chez 8000 personnes et 1300 en mourront.
  • 78 300 cas de cancers de la peau autres qu'un mélanome seront diagnostiqués cette année au Canada.

Des chimistes, des spécialistes en imagerie par résonance magnétique (IRM) et des oncologues ont participé à la mise au point de ces nanocapsules.

Cette façon d’envelopper sélectivement le médicament photosensibilisant dans des nanocapsules pourra servir au diagnostic et à la thérapie.

C’est comme si nous avions solidifié la capsule qui transporte le traitement contre les mauvaises cellules et augmenté la polyvalence de cette thérapie, expliquent les chercheurs dans un communiqué de INRS.

Ce nanosuperhéros est rendu plus fort et plus efficace, même à l’intérieur du corps. À terme, la nanocapsule permettra d’élargir le champ d’utilisation.

Fiorenzo Vetrone

Ces recherches ont commencé en 2014 en collaboration avec Xu Li, professeur associé de l’INRS, scientifique à l'Institute of Materials Research and Engineering et professeur associé adjoint à l'Université nationale de Singapour.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médecine

Science