•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vérifications : une octogénaire de retour de Floride attend encore un appel

Louise LeBlanc-Cornelissen.

Louise LeBlanc-Cornelissen a voyagé en Floride, un des États américains les plus touchés par la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté/Sandy Forbes

Radio-Canada

De retour en Nouvelle-Écosse depuis une dizaine de jours après un séjour en Floride, une femme de 84 ans n’a toujours pas reçu d’appel du gouvernement pour vérifier si elle s’isolait. Le médecin hygiéniste de la province, le Dr Robert Strang, a pourtant fait savoir que les voyageurs des États-Unis seraient contactés en priorité.

Louise LeBlanc-Cornelissen, 84 ans, est arrivée à l’aéroport d’Halifax il y a près de deux semaines. Elle rentrait de la Floride, un des États américains les plus touchés par la COVID-19. Elle attend toujours que les autorités néo-écossaises communiquent avec elle.

Mme LeBlanc-Cornelissen affirme qu’elle aimerait que les autorités médicales vérifient si les personnes qui rentrent de voyage s’isolent bel et bien, particulièrement si elles rentrent de la Floride.

Le premier ministre Stephen McNeil a indiqué, le 6 juillet, que les personnes qui se présentent en Nouvelle-Écosse et qui proviennent de l’extérieur de la bulle atlantique doivent remplir un formulaire et donner les renseignements nécessaires pour qu’on puisse communiquer avec elles pendant leur période d'isolement.

Il a ajouté que s'ils ne répondent pas après trois essais, la police sera contactée.

Une technicienne en tenue de protection effectue un test en laboratoire.

Stephen McNeil a précisé que les autorités communiqueraient avec les voyageurs de retour de l'étranger chaque jour pendant leur période d’isolement de 14 jours pour vérifier si elles respectent les règles.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Toutefois, le Dr Robert Strang a ajouté le 17 juillet que ces appels sont effectués par ordre de priorité à cause de leur nombre croissant. La priorité est accordée aux personnes arrivant de l’étranger. Les autorités, a-t-il indiqué, peuvent renoncer à appeler quotidiennement toutes les personnes pendant 14 jours.

Louise LeBlanc-Cornelissen est originaire du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Elle a toujours une maison à Pubnico Est. Sa famille, qui avait hâte qu’elle rentre de Floride pour sa sécurité, avait tout préparé pour son isolement de 14 jours. Elle dit respecter cette consigne et passer le temps en faisant du ménage.

Son beau-fils, Sandy Forbes, dit être inquiet parce que les autorités provinciales ne font pas de vérification auprès de toutes les personnes qui arrivent de l’étranger. Il se demande pourquoi on a créé une bulle atlantique si on ne peut appliquer les règles qu’elle comporte.

D’autres voyageuses, Ramona Polukosko et sa fille, de Calgary, sont arrivées en Nouvelle-Écosse le 9 juillet pour visiter de la famille après une période d’isolement de 14 jours. Mme Polukosko affirme qu’elle n’a encore reçu aucun appel des autorités pour vérifier si elle s’isole.

Ramona Polukosko dit prendre les précautions nécessaires en ne quittant pas la propriété où elle séjourne. Elle dit avoir été testée pour la COVID-19 avant de quitter l’Alberta et qu’elle aimerait subir un nouveau test en Nouvelle-Écosse. Toutefois, selon elle, les autorités lui ont expliqué qu’elle ne serait testée que si elle démontre des symptômes.

Mme Polukosko estime que les autorités médicales devraient tester toutes les personnes dans ce cas.

La réponse de la province

Des collègues de CBC ont demandé au gouvernement provincial de leur fournir des données sur le nombre de personnes ayant rempli le formulaire de la province depuis le 6 juillet dernier ainsi que sur le nombre d’employés affectés à contacter ces voyageurs pendant leur isolement.

La province n’a répondu à aucune de ces deux demandes. Une porte-parole du gouvernement, Heather Fairbairn, a plutôt envoyé une déclaration. On peut y lire que c’est le ministère de Service Nouvelle-Écosse et des Services internes qui s’occupait de gérer les formulaires de suivi à la frontière.

De plus, on peut y lire que ce sont des ressources de Service Nouvelle-Écosse et du 811 qui soutiennent le processus d’appels aux arrivants en quarantaine. La porte-parole a finalement affirmé que le gouvernement continuait d’ajuster son niveau de personnel pour répondre à la demande, mais qu’une priorité est accordée à ceux qui arrivent de l’international.

Inégalité dans le contrôle des voyageurs

Ailleurs sur la Rive-Sud, la petite famille de Reanne Rivard est en isolement dans un chalet familial depuis leur arrivée de l’Alberta le 10 juillet dernier. En 10 jours, elle a reçu huit appels pour vérifier qu’elle, son mari et leurs trois enfants s’isolaient.

Même si elle suit les règles, Reanne Rivard s’inquiète que d’autres personnes ne le fassent pas. Si vous êtes en ville et que personne ne vous appelle, c’est facile de se dire je vais aller au magasin, personne ne s’en rendra compte .

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !