•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des restes humains ancestraux seront restitués à la Première Nation de Dokis

Le logo Dokis First Nation.

Les dépouilles ont été retirées de l'île Dead il y a plus de 100 ans.

Photo : Youtube/GCIndigenous

Radio-Canada

Depuis dix ans, les membres de la Première Nation de Dokis travaillent à la restitution de restes humains ancestraux. Ceux-ci ont été retirés de l'île Dead dans la baie Georgienne en 1891 et se sont retrouvés au musée Field, à Chicago.

Le chef Gerry Duquette fils a commencé sa quête en 2011, après avoir appris l’histoire par son grand-père. Ces recherches l'ont mené jusqu'à Chicago.

Afin de relancer l'économie après un incendie majeur à la fin des années 1800, Chicago a organisé une exposition comprenant des objets du monde entier.

Ils collectionnaient toutes sortes d'artefacts, dit-il.

Carte montrant le territoire de la Première Nation de Dokis.

Le territoire de la Première Nation de Dokis se trouve au sud-est de la ville du Grand Sudbury, dans le Nord de l'Ontario. L'ile Dead est au sud-ouest du territoire.

Photo : CBC

Il s'avère que les dépouilles de l'île Dead ont été déplacées dans la métropole de l'Illinois à l'époque pour faire partie de cette exposition.

C'est une histoire qui avait commencé à s'effilocher. Certains des aînés en avaient parlé, mais ne savaient pas vraiment où les dépouilles avaient abouti.

Gerry Duquette fils, le chef de la Première Nation de Dokis

Les membres de la communauté ont fini par découvrir que les restes humains se trouvaient au musée Field.

Le chef Gerry Duquette fils s'est alors entretenu avec Helen Robbins, la directrice du rapatriement au musée. Son travail consiste à entrer en contact avec les communautés pour discuter des collections du musée.

Helen Robbins a travaillé avec la communauté de Dokis pour s'assurer que les restes provenaient bien de la région, et que le projet bénéficiait du support de la communauté d’origine.

Nous ne voulons pas rendre des restes humains ancestraux à des groupes qui n'ont aucune relation avec eux. C'est donc un processus très difficile.

Nous devons restituer les dépouilles sans commettre un nouveau délit.

Helen Robbins, la directrice du rapatriement au musée Field de Chicago

Finalement, le chef et quelques conseillers de la bande se sont rendus au musée pour voir les restes humains ancestraux en personne.

Nous savions que cela allait être émouvant, raconte-t-il. Quand nous sommes entrés dans la salle et que [les dépouilles] étaient là, ça s'est très bien passé, avec respect.

Gerry Duquette portant un manteau rouge.

Gerry Duquette est le chef de la Première Nation de Dokis, située aux abords de la rivière des Français.

Photo : Gerry Duquette

Lui et les conseillers ont organisé une cérémonie de purification pour présenter leurs respects.

Helen Robbins explique qu'il s'agit des restes humains de six personnes.

Ce sont surtout des femmes, précise-t-elle. Aucun d'entre eux n'est un individu complet. Il y a des crânes [...] et dans certains cas, de longs os.

Vu leur état, je dirais qu'ils étaient là depuis plusieurs centaines d'années, voire quelques milliers Je dirais que les plus jeunes auraient probablement eu cent ans au moment d'être exhumés.

Helen Robbins, la directrice du rapatriement au musée Field de Chicago

Boucler la boucle

Le chef Gerry Duquette fils dit qu'il est important pour lui de voir les restes retourner à l’île Dead, d'autant qu’il s’agit d’une démarche entamée par son défunt grand-père.

Difficile de suivre ses traces, mais au moins j'essaie de poursuivre ce qu'il a commencé et de le terminer, dit-il.

Il explique qu'une fois les dépouilles de retour dans la région, une cérémonie sera organisée pour ramener les esprits chez eux.

C'est quelque chose que je peux dire qui est complet. Nous avons rendu hommage à ces corps et ils vont rentrer chez eux, soutient le chef Gerry Duquette fils. Il précise que les dépouilles seront rendues une fois que les restrictions de voyage seront levées.

Je me sens très bien et je suis très ému.

Le chef de la Première Nation de Dokis, Gerry Duquette fils

Selon Mme Robbins, il s'agit du cinquième rapatriement international effectué par le musée. Ce genre de rapatriement et de redressement des torts passés apporte la guérison et la force aux communautés, dit-elle. C'est ce qu'on m'a confié.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Autochtones