•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’UQAC réitère la pertinence de son bureau sur les violences sexuelles

L'UQAC

Le pavillon principal de l'Université du Québec à Chicoutimi

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) encourage les membres de sa communauté à dénoncer les inconduites sexuelles en communiquant avec le bureau interne déjà existant pour ce type de problème plutôt que d’utiliser les médias sociaux.

Au cours des derniers jours, des étudiants, des professeurs et des employés de l’université régionale ont été éclaboussés dans la foulée de la vague de dénonciations. Les cas sont rapportés sur une page Facebook gérée par un membre de la communauté étudiante, mais non par l’Université.

Une jeune femme seule.

Plusieurs membres de la communauté universitaire ont été dénoncés dans les médias sociaux.

Photo : iStock

La porte-parole de l’établissement, Marie-Karlynn Laflamme, assure suivre la situation de près, mais précise que les interventions sont impossibles dans ce contexte.

« Tant et aussi longtemps que ça demeure dans l’anonymat, nous, en termes de direction, on ne peut malheureusement rien faire. »

— Une citation de  Marie-Karlynn Laflamme, porte-parole, UQAC

En entrevue à l’émission C’est jamais pareil, Marie-Karlynn Laflamme a expliqué que le bureau interne de prévention et d’intervention sur les violences sexuelles demeurait un outil incontournable pour les victimes alléguées.

Le bureau avait d’abord été fermé pour l’été, avant de finalement rouvrir.

« Ce processus-là fonctionne. Les gens sont écoutés et on développe des plans d’intervention avec eux. S’ils ont besoin d’accompagnement pour aller dans des ressources à l’extérieur de l’UQAC, on va les accompagner. »

— Une citation de  Marie-Karlynn Laflamme, porte-parole, UQAC

L’Université invite les victimes à dénoncer officiellement les individus problématiques si elles veulent un réel changement, au lieu de le faire anonymement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...