•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pandémie a coûté près de 800 M$ de plus aux établissements de santé du Québec

Le rythme plus élevé des dépenses pourrait se maintenir jusqu'en 2021.

Plusieurs tentes et personnes dans un hall d’aréna

L'aménagement de nouvelles structures, dont un hôpital mobile à l'aréna de LaSalle, fait partie des dépenses supplémentaires dont le réseau de la santé a dû tenir compte.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Matériel de protection, personnel supplémentaire, aménagement de locaux temporaires, les CISSS et CIUSSS du Québec ont comptabilisé des coûts additionnels de l’ordre de 800 millions de dollars pour les trois premiers mois de la pandémie. Un rythme de dépenses qui pourrait se maintenir jusqu’en 2021.

Du début de la pandémie jusqu’à la fin du mois de mai, le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, l'un des plus éprouvés du Québec, a dépensé 34 millions de plus qu’à la normale afin d’affronter la COVID-19. L'équivalent de 3,6 % de son budget annuel en seulement trois mois.

Il y a eu bien sûr l’achat de masques que vous connaissez bien, de visières, de blouses, mais également notre service de buanderie qui fonctionne également 24 heures par jour, 7 jours sur 7, cite en exemple la directrice des ressources financières au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, France Gendron.

C’est certain que ça semble élevé comme coûts, [mais] ce sont vraiment des coûts additionnels à nos opérations normales.

Mme Gendron rappelle notamment l’entente survenue en avril avec la Croix-Rouge, afin de former du personnel aux bonnes pratiques de prévention des infections, et l’aménagement d’un hôpital mobile dans un aréna de LaSalle.

Ce qui est inédit en ce moment, c’est la construction de bâtiments modulaires [temporaires] au Lakeshore et St-Mary pour accueillir des lits supplémentaires pour [...] les patients qui seront COVID positifs. Des locaux à pression négative ont également été aménagés d’urgence avec des cloisons de plexiglas et des filtres à air afin d’évacuer les particules en suspension.

Des centaines de millions

Le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal est l’un des 32 établissements qui accumulent depuis mars des coûts additionnels liés à la pandémie, en raison de la mise en place des mesures demandées par le ministère de la Santé.

Selon une compilation de Radio-Canada préparée à partir des rapports financiers obtenus grâce à la Loi sur l’accès à l'information, ces coûts additionnels se sont élevés au total pour les trois premiers mois de la pandémie à environ 660 millions pour 23 des 32 établissements qui nous ont fait parvenir les documents demandés.

En extrapolant à l’ensemble des 32 établissements, le total pourrait atteindre les 800 millions de dollars.

Ces coûts additionnels représentent en moyenne autour de 3 % du budget des établissements : au-delà de 4 % pour des établissements comme le CISSS de la Montérégie-Centre et celui des Laurentides, et moins de 2 % pour des hôpitaux universitaires comme le CHUM ou l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec (Université Laval).

Au CISSS de la Montérégie-Centre, une porte-parole nous a mentionné que l’établissement ne pouvait répondre à notre demande d’entrevue.

Selon Erin Strumpf, économiste en santé publique à McGill, ces différences s’expliquent notamment par la mission de chaque établissement.

Les établissements universitaires n’ont pas par exemple à gérer de CHSLD ni l’hébergement des personnes âgées sur un grand territoire. On croise aussi les doigts qu’ils étaient mieux préparés, a-t-il dit.

Cette dernière constate par ailleurs les efforts déployés un peu partout au Québec, quel que soit le nombre de cas déclarés.

Envisager le pire

À combien se chiffrerait la progression des dépenses, compte tenu, notamment, d’une deuxième vague appréhendée?

Selon les documents obtenus, les coûts additionnels prévus jusqu’en mars 2021 se situeraient dans une fourchette de 14 % à 18 % du budget annuel. Au CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, ils pourraient approcher les 300 millions, et au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, dépasser les 170 millions, soit 18 % du budget annuel dans les deux cas.

Effectivement, c’est vraiment le pire scénario, explique la directrice des ressources financières, France Gendron. On fait des projections selon les hypothèses que le ministère nous propose d’appliquer. À la fin mai, on planifiait prolonger le même niveau d’activités jusqu’en décembre et de diminuer à 75 % de janvier à mars. Évidemment, on ne souhaite pas que ça se déroule de cette façon-là.

Entre-temps, les établissements refilent la facture à Québec.

En 25 ans de carrière, la directrice des ressources financières du CIUSSS reconnaît ne jamais avoir vécu une telle période. Effectivement, il y avait eu la préparation pour le H1N1, à l’époque dans les années 2000, mais j’avoue que celle-ci... c’est la plus sérieuse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé