•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Première fin de semaine avec le port du masque obligatoire en Abitibi-Témiscamingue

Deux hommes discutent en portant un masque. Ils respectent une distance de deux mètres entre eux.

Le port du masque est obligatoire dans les lieux publics intérieurs et fermés depuis samedi.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Guillemette

Les gens de l’Abitibi-Témiscamingue ont massivement adhéré au port du masque dans les lieux publics fermés.

Nous avons contacté plus d’une vingtaine de commerces et, à l’exception de quelques cas isolés, les commerçants assurent que tout s’est très bien déroulé depuis samedi, date à laquelle le port du masque est devenu obligatoire.

Les gens étaient conscientisés, ils avaient leur masque et respectaient la directive aussi à la sortie du restaurant, a affirmé la propriétaire du Tim Hortons de La Sarre, Mélinda Bordeleau.

Certains n’en portaient pas, mais il s’agissait souvent simplement d’un oubli selon Mélinda Bordeleau.

On en a eu deux ou trois qui se sont dirigés à l’intérieur sans masque. Deux personnes nous ont expliqué que c’était pour une raison médicale et nous, on a l’ordre de ne pas poser plus de questions par rapport à ça. Puis l’autre l'avait simplement oublié dans son véhicule, raconte-t-elle.

Une affiche indiquant «Masque obligatoire».

Des affiches pour rappeler l'obligation de porter le masque sont installées dans un centre commercial.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

On n'a pas eu de client qui n’en portait pas, et nos employés le portent sans problème, ils le font même agencer avec leurs vêtements, ajoute en riant Véronique Gagnon, adjointe administrative chez BMR à Rouyn-Noranda

Les nombreux commentaires contre le port du masque sur les réseaux sociaux ont fait craindre le pire à certains commerçants.

On avait beaucoup d’appréhension moi et mes employés. On était anxieux un peu, mais à notre grande surprise, les gens ont bien compris le message, nous a affirmé Marie-André Mercure, propriétaire du magasin Deschênes à La Sarre.

Marie-André Mercure affirme que seulement un ou deux clients sont arrivés sans masque, mais des masques jetables leur sont offerts au coût de 2 $. L’argent amassé sera ensuite donné à la Fondation du docteur Jacques-Paradis.

Il y a juste un client qui a dit "Si c’est comme ça, je vais aller acheter mes cigarettes ailleurs", mais pourtant, c’est la même règle qui s’applique partout, affirme Marie-André Mercure.

Un masque qui ne protège pas toujours

Le problème que certains commerçants ont pu constater est que plusieurs clients n’utilisent pas le masque de la bonne façon.

Il va y avoir beaucoup de sensibilisation à faire. On en voit beaucoup qui les sortent de leurs poches et se mettent ça dans le visage, ils touchent les deux côtés du masque. Le monde le porte par obligation plus que pour leur sécurité, j’ai l’impression, nous a confié Mélinda Bordeleau.

La propriétaire du magasin Deschênes, Marie-André Mercure, affirme aussi que certains retiraient le masque de leur visage une fois dans les allées, ce qui peut compliquer la tâche des employés.

Elle ne craint toutefois pas une baisse de ses ventes en raison du port du masque

La seule chose que ça va faire, c’est que les gens vont moins flâner dans le magasin. Ils vont entrer et aller chercher ce dont ils ont besoin et vont ressortir parce qu’il n’y a pas grand monde qui aime ça avoir ça dans le visage. Je n’ai pas eu de commentaire de gens qui disaient qu’ils ne viendraient plus, assure Marie-André Mercure

Une manifestation contre le port du masque

Malgré le fait que tout se déroule bien dans les commerces, une dizaine de personnes ont tout de même voulu signifier leur mécontentement en manifestant contre le port du masque samedi à Rouyn-Noranda.

Une dizaine de personnes sur un viaduc tiennent des affiches et brandissent des drapeaux du Québec.

Samedi le 18 juillet, des personnes ont manifesté contre le port obligatoire du masque à Rouyn-Noranda.

Photo : Gracieuseté

La Sûreté du Québec n’a pas voulu nous dire si elle a dû intervenir dans la région ce week-end en lien avec le port du masque. L’organisation affirme qu’elle n’a pas l’intention de rendre public ce type d’informations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !