•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba promet 2,5 millions de dollars pour attirer la saison 2020 de la LCF

Cory Watson tente de se faufiler entre deux joueurs des Lions de la Colombie-Britannique.

Selon Brian Pallister, Winnipeg a les meilleurs atouts pour être la ville pivot cette année.

Photo : La Presse canadienne / DARRYL DYCK

Le premier ministre Brian Pallister a annoncé lundi un investissement de 8 millions de dollars pour attirer l’organisation d’événements et de compétitions dans la province, notamment la saison 2020 de la Ligue canadienne de football.

Brian Pallister indique que, si Winnipeg est choisi comme pôle de jeu pour la saison 2020, 2,5 millions de ces fonds seront destinés à la nourriture, l’hébergement, la location de terrains, le transport de groupe, et les dépenses liées à l'organisation l’événement au Manitoba.

Selon Brian Pallister, Winnipeg a les meilleurs atouts pour être la ville pivot cette année. Nous sommes une destination sécuritaire et prête à accueillir de grands événements, dit-il.

Nous invitons la LCF à venir jouer la saison 2020 dans notre belle province. Il n’y a pas une meilleure option que Winnipeg pour être pôle de jeu, ajoute-t-il.

Mesures sanitaires

Le premier ministre argue que la province s’est démarquée comme modèle dans la gestion de la pandémie et la relance économique. Si la capitale manitobaine est sélectionnée, les joueurs et les personnes qui viendront dans la province dans le cadre de cet événement seront soumis aux mêmes mesures de sécurité prescrites par la santé publique et devront également suivre les prescriptions du gouvernement fédéral, ajoute-t-il.

Toutes les précautions sanitaires seront prises. Les mesures d’isolement seront respectées. Le gouvernement fédéral a imposé aux joueurs de grandes ligues qui retournent en équipe de s’isoler avant de venir à Winnipeg et la LCF a également accepté de respecter les restrictions du Manitoba, explique-t-il.

Le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, s’est prononcé sur la proposition du gouvernement lors d’une conférence de presse, lundi. Il soutient qu'il y aurait un plan en place pour les joueurs, dont certains viennent des États-Unis, pour s'assurer que le virus ne se propage pas dans la province.

Brent Roussin est photographié de près et de trois-quart de profil, avec un arrière-plan le drapeau du Manitoba.

Brent Roussin est le médecin hygiéniste en chef du Manitoba.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Ce ne sont pas des individus qui se rendraient à Winnipeg et qui pourraient interagir avec d'autres Manitobains. Ils seraient confinés dans une bulle, dans une bulle de ligue, ajoute-t-il.

Par exemple, si une équipe se rendait dans un restaurant, celui-ci devrait être fermé au grand public, poursuit Brent Roussin.

De plus, dit-il, Il va y avoir une période d'isolement, il y aura des tests obligatoires qui auront lieu là-bas, et, encore une fois, tout va être fait dans la bulle de la ligue. C'est vraiment un plan qui prend en considération la santé de Manitobains.

Le Dr Roussin dit que les responsables de la santé publique n'ont pas encore discuté de la possibilité d'avoir un public dans le stade lors des matchs.

Les responsables de la santé publique du Manitoba auraient le pouvoir d'annuler la saison, au besoin, souligne Brent Roussin.

Retombées financières et psychologiques

Le premier ministre précise que l’investissement de la province générera des revenus importants. Une récente analyse des retombées économiques estime que la venue d’environ 800 participants, dont les joueurs, le personnel des équipes et les membres de ligue, entraînerait l’équivalent de 55 000 nuitées en chambre d’hôtel, ce qui générerait environ 3,8 millions de dollars pour l’économie provinciale, note Brian Pallister.

Brian Pallister assis dans une salle qui fait un grimasse avec ses mains et son visage.

Le Premier ministre du Manitoba, Brian Pallister.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

Il estime également que 45 millions de dollars de chiffre d’affaires et 4,5 millions de dollars d’impôts directs seraient générés.

De plus, Brian Pallister note que les retombées en ce qui concerne le bien-être de la population ne sont pas à négliger en cette période de pandémie. Voir le sport, les matchs revenir fera du bien aux Manitobains, mais aussi à l’ensemble des Canadiens, dit-il.

Ce serait un signe d’espoir que les choses iront mieux pour certains, lance-t-il.

Rien n’est décidé du côté de la LCF

La ministre du Sport, de la Culture et du Patrimoine, Cathy Cox, qui prenait également part à l’annonce explique que, si Winnipeg remportait la candidature complète pour servir de ville pivot, cela servirait de toile de fond à 60 matchs de football télévisés à travers le Canada et le 108e match de la Coupe Grey serait joué à Winnipeg.

Winnipeg est en compétition avec Regina, en Saskatchewan, être la ville pivot pour la saison.

Brian Pallister admet que rien n’a encore été décidé du côté de la Ligue canadienne de football. Ils sont en train de négocier de leur côté pour prendre la décision, mais j’ose croire qu’ils feront le bon choix et ce choix, c’est Winnipeg, dit-il.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !