•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bisbille concernant une rampe de mise à l’eau au lac Boissonneault

Stephan Bourgeois, président de l’Association des pêcheurs sportifs du Québec.

Stephan Bourgeois, président de l’Association des pêcheurs sportifs du Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L’Association des eaux et berges du lac Boissonneault souhaite que le nouveau propriétaire d’une rampe de mise à l’eau contribue aux opérations d’ensemencement du lac.

En janvier dernier, l’Association des pêcheurs sportifs du Québec a acquis la rampe de mise à l’eau Hamel qui était antérieurement une propriété privée. Tous les citoyens peuvent maintenant accéder au lac par cette rampe.

Le hic, selon le président de l’Association des eaux et berges du lac Boissonneault, Benoit Rousseau, c'est que le nouveau propriétaire ne contribue pas financièrement à l’opération d’ensemencement du lac au doré qui a lieu depuis 10 ans. L’ensemencement nécessite un investissement annuel d’environ 1 500 $ par année, selon M. Rousseau, qui invite le nouvel acquéreur faire sa part.

Si une association québécoise de pêcheur fait la promotion dans les médias d’une descente de bateau public et qu’ils viennent pêcher le doré gratuitement sans participer à l’opération d'ensemencement, on trouve que c’est un peu bizarre comme opération. On a l’impression de se faire voler dans le fond, déplore M. Rousseau.

Hausse de l’achalandage

M. Rouseau affirme que l’achalandage sur le lac a fortement augmenté au cours des dernières semaines. Une situation qu’il attribue à la promotion de cette rampe par l’Association des pêcheurs sportifs du Québec.

Le maire de la municipalité de Sainte-Claude, Hervé Provencher, est du même avis.Dans les belles journées, il y a des débordements, souligne-t-il. Les rues deviennent encombrées de véhicules avec des remorques.

La municipalité a d’ailleurs décidé d’interdire les stationnements dans les rues avoisinantes pour assurer la sécurité des riverains. Ils peuvent aller stationner dans les places où c’est permis s’ils ne nuisent pas à la circulation, précise-t-il.

L’Association des pêcheurs sportifs prête à contribuer

Joint lundi matin, le président de l’Association des pêcheurs sportifs, Stephan Bourgeois, s’est dit prêt à répondre favorablement à la requête de ses homologues. Nous aimerions contribuer à l’ensemencement du lac. On va créer une page web afin de ramasser des fonds pour continuer à améliorer la pêche sur le lac boissonneault, a-t-il déclaré.

Il consent que l’acquisition de la rampe a contribué à une hausse de l’achalandage. Le communiqué qu’on a publié lors du legs (de la rampe à l’association), a fait en sorte qu’elle est devenue populaire, explique M. Bourgeois. Par contre, la municipalité a fait installer des interdictions de stationnement sur les rues avoisinantes. Ils disent qu’il y a une cinquantaine d’utilisateurs par semaine, mais je me demande bien où ils se stationnement.

M. Bourgeois déplore que la municipalité se montre réticente, selon lui, à faciliter l’accès au lacs aux non-résidents.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !