•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un sexagénaire fait le tour du monde en voilier avec pour seul outil la navigation céleste

Bert terHart photographié sur son voilier à son retour à Victoria samedi.

Bert terHart a de nouveau posé le pied sur la terre ferme samedi, à Victoria.

Photo : CHEK News

Radio-Canada

Il y a neuf mois, Bert terHart a entrepris de faire ce qu’il croit qu’aucun autre Nord-Américain n'a fait auparavant, soit effectuer un tour du monde ininterrompu en passant par les cinq caps sud en utilisant la navigation astronomique.

L’homme, âgé de 62 ans et originaire de l'île Gabriola, est parti seul de Victoria, en Colombie-Britannique, avec seulement un stylo, du papier, des cartes et un instrument de navigation appelé sextant pour tracer son parcours.

Seul et calme, baigné de splendeur, on peut presque sentir le pouls du monde. Il n'y a pas grand-chose entre soi et le rythme cardiaque de l'Univers.

Bert terHart, navigateur

Après avoir navigué à travers des conditions parfois difficiles et même des vagues de 10 mètres, M. terHart avoue avoir eu des moments d'incertitude et de peur. Dans ces moments-là, les gens qui vous encouragent ont une énorme influence sur votre capacité à réussir, confie-t-il.

Photo du navigateur Bert terHart souriant.

Le navigateur Bert terHart, diplômé en océanographie, a entrepris son voyage en novembre 2019.

Photo : The Great Caps/Bert terHart

Isolé en temps de pandémie

Alors que la pandémie de COVID-19 a atteint la Colombie-Britannique en son absence, des internautes lui ont donné le titre de champion de la distanciation sociale et de personne la plus en sécurité au monde.

J'avais très hâte de revenir. Le monde a radicalement changé, a constaté le navigateur, à son arrivée à Victoria samedi.

Des membres de sa famille qui l'ont accueilli à son arrivée, dont son père, âgé de 92 ans, étaient soulagés d'apprendre qu'il n'aura pas à se placer en isolement.

Bert terHart semble pleurer tandis que son père le réconforte.

Le père de Bert terHart réconfortait son fils, envahi par l'émotion, à son retour sur la terre.

Photo : CHEK News

Nous pouvons le ramener dans notre nid familial et l'emmener manger un cheeseburger. Je suis tellement heureuse, se réjouit la sœur de Bert, Leah.

Dans son blogue, The Great Caps, M. terHart documente son périple au départ de Victoria en passant par le cap Sud, en Nouvelle-Zélande, le cap Sud-Est et le cap Leeuwin, en Australie, le cap Agulhas, en Afrique du Sud, et le cap Horn, au Chili.

Sa femme, Nani terHart, était ravie de retrouver son mari sain et sauf. Neuf mois se sont écoulés comme ça, mais on dirait un millier d'années, a-t-elle dit.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !