•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’industrie cinématographique du Manitoba tourne malgré la pandémie

Une caméra.

La production est soumise à un nouveau protocole comme la distanciation physique sur les plateaux, l’équipement de protection individuelle pour toute l’équipe avec plus de personnel de nettoyage en raison de la COVID-19.

Photo : iStock/genkur

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Depuis la réouverture de l’économie, les productions cinématographiques au Manitoba ont repris, et tout va plutôt bien, selon certains acteurs de l’industrie.

Le président et cofondateur de l’entreprise Farpoint Films, à Winnipeg, Kyle Bornais, affirme d’ailleurs être en mesure de respecter certains délais dans la réalisation des projets, une chose qui semblait impossible il y a quelques mois.

Il indique que son entreprise a actuellement huit projets en cours, entre autres, deux longs métrages documentaires et une nouvelle série de 14 épisodes dont le tournage commence en août.

Selon Kyle Bornais, le faible nombre de cas de COVID-19 au Manitoba rend la province attrayante, et les comédiens sont plus confiants.

Les choses sont revenues à la normale, mais une normale avec de nouvelles règles, dit M. Bornais.

La sécurité sanitaire est primordiale

Kyle Bornais souligne que la production est soumise à un nouveau protocole comme la distanciation physique sur les plateaux, l’équipement de protection individuelle pour toute l’équipe et plus de personnel de nettoyage en raison de la COVID-19.

Nous avons utilisé trois fois plus de masques dont je pensais que nous allions avoir besoin au cours des neuf derniers jours, dit-il.

La sécurité sanitaire est primordiale, ajoute-t-il.

Selon lui, l’entreprise a embauché des personnes dont le rôle est de s’assurer que les mesures sanitaires sont respectées. Les scénarios sont également réécrits pour s’assurer que leur réalisation permet le respect desdites mesures.

Nous avons révisé les scénarios, et des scènes qui comportaient des risques ont été supprimées, explique-t-il.

La restauration lors des tournages a aussi été adaptée pour des raisons sanitaires. Les acteurs et autres membres de l’équipe ont droit à des repas préemballés individuellement.

Kyle Bornais assis près des ordinateurs de montage.

Kyle Bornais espère récupérer sous peu les pertes financières enregistrées au début de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Justin Fraser

Le président et cofondateur de l’entreprise Farpoint Films fait remarquer que, malgré les nouvelles exigences, les producteurs de l’industrie au Manitoba ont de quoi se réjouir lorsqu’ils se comparent à leurs collègues ailleurs au Canada ou aux États-Unis.

Je viens de parler avec un producteur à Los Angeles, et il me disait qu’il s’est résigné au fait qu’il ne pourra même pas manger dans un restaurant avant 2021. Donc, je suis très heureux que nous travaillions au Manitoba, dit-il.

[Les producteurs ailleurs au pays et aux États-Unis] nous envient, ils veulent venir travailler au Manitoba, ajoute-t-il.

Kyle Bornais espère recouvrer sous peu les pertes financières enregistrées au début de la pandémie.

Même enthousiasme chez la présidente-directrice du Manitoba Film and Music, Rachel Rusen. D’après elle, l’été s’annonce prometteur, et le faible nombre de cas de COVID-19 au Manitoba rend la province plus attrayante pour les producteurs d’autres provinces qui cherchent à faire des films.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !