•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campagne de sensibilisation aux soins psychologiques au CISSS du Bas-Saint-Laurent

Un homme âgé portant un masque regarde à travers une fenêtre.

Des tabous persistent autour des problèmes de santé mentale.

Photo : iStock

Radio-Canada

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent lance cette semaine une campagne de sensibilisation pour contrer la détresse psychologique liée à la pandémie de la COVID-19.

Selon le CISSS, plusieurs citoyens de la région vivent de l'anxiété et du stress depuis le début de la crise sanitaire entre autres en raison de la précarité financière, de l'isolement et du télétravail.

Les gens ont été confinés, ont vécu du stress et vivent des problèmes conjugaux, explique Claudie Deschênes, directrice des programmes de santé mentale et de dépendance au CISSS. Certains ont perdu leur emploi et leurs revenus. Donc ce qu'on veut faire, c'est promouvoir l'importance de demander de l'aide.

Mme Deschênes croit qu'il est important d'agir avant que les problèmes ne se cristallisent et deviennent plus complexes.

Le CISSS dit travailler en étroite collaboration avec les centres de crise, qui notent eux aussi une augmentation des demandes d'aide.

Selon Mme Deschênes, l’une des principales barrières à faire tomber est la stigmatisation et les préjugés liés au fait de consulter pour de l’aide psychologique.

Ça peut arriver dans la vie à tout le monde, explique-t-elle. Qu'on soit un homme ou une femme, peu importe notre condition socioéconomique. Ça peut arriver à tous les niveaux. On peut vivre une problématique d'anxiété importante, une problématique de dépression, d'idéation suicidaire, ça peut arriver à tout le monde.

Le CISSS considère également le télétravail comme une source de stress et de détresse psychologique.

Lors du confinement, il y avait tout le monde à la maison : les enfants, le conjoint, la conjointe. On était dans la vie quotidienne en même temps que dans la vie du travail. Évidemment, ça a créé des tensions au sein des milieux familiaux et le départage entre la vie professionnelle et personnelle n'est pas toujours si simple, note Mme Deschênes.

Le CISSS du Bas-Saint-Laurent invite donc toute personne vivant de la détresse psychologique à demander de l'aide en communiquant avec le service Info-Social en composant le 811, option 2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Santé publique