•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

14,3 M$ pour soutenir de nouveau l’industrie forestière de l’Outaouais et des Laurentides

Les cheminées de l'usine Fortress laissent échapper de la fumée.

La production à l’usine Fortress est interrompue depuis octobre en raison des prix trop bas de la pâte de cellulose sur le marché mondial (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Francois Poudrier

Radio-Canada

Le gouvernement du Québec annonce aujourd'hui une nouvelle aide de 14,3 millions de dollars pour appuyer à court terme l’industrie forestière de l’Outaouais et des Laurentides, fortement ébranlée depuis la fermeture de l’usine Fortress de Thurso en octobre dernier.

Une partie de cette somme sera consacrée au nouveau Programme exceptionnel d’écoulement des bois feuillus de faible qualité. Cette mesure à court terme permettra de transporter du bois feuillu à l’extérieur de l'Outaouais, afin de maintenir les activités de récolte dans les forêts publiques et privées, peut-on lire dans le communiqué du gouvernement.

Pour envoyer [le bois] à un autre endroit, il y a des frais de transport et des frais de chargement qui sont très onéreux, ce qui fait en sorte que les entreprises n'étaient pas capables de voir le bout, a expliqué le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour, en entrevue à l'émission Les matins d'ici.

En novembre 2019, un soutien financier de plus de 5 millions de dollars avait déjà été mis en place pour permettre à ces entreprises de transporter leur volume de bois à Windsor, en Estrie. La somme annoncée aujourd'hui s'ajoute à ce montant.

Le ministre Dufour annonce également la bonification de son Programme d’investissement pour l’aménagement des forêts, afin de soutenir la réalisation de certains travaux de récolte qui présentent des contraintes opérationnelles, indique le communiqué.

Le ministre Pierre Dufour en mêlée de presse dans un couloir de l'Assemblée nationale.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour (archives)

Photo : Radio-Canada

Les entreprises forestières en Outaouais sont intimement liées les unes aux autres, principalement en raison de la diversité de la forêt. Cette interdépendance fait en sorte que tous les acteurs de l’industrie subissent les contrecoups lorsqu’une compagnie, comme celle de Fortress à Thurso, fait face à des difficultés.

Tous ces joueurs avaient la chance d'acheminer à proximité de Fortress les bois de faible qualité que [l'usine] prenait, rappelle le ministre. Il estime que cette nouvelle aide permettra de remédier au problème au cours des prochains mois.

C’est vraiment pour donner un coup de main aux scieurs de la région [pour qu’ils] puissent passer au travers de la crise, le temps qu’on trouve quelque chose à faire avec l'usine de Fortress.

Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs

Dans un échange sur Facebook, le maire de Thurso, Benoît Lauzon, a de son côté déclaré qu'il s'agit d'une annonce importante pour l’ensemble de l’industrie forestière de la région. Elle était nécessaire dans le contexte de crise qui la touche présentement, afin de maintenir les opérations forestières pour la prochaine année, ainsi que de protéger plusieurs emplois et de donner le temps de trouver des solutions permanentes, en l’occurrence dans le dossier de Fortress.

Ce qui est annoncé, c’est parfait, c’est ce qu’on voulait, une mesure transitoire.

Benoît Lauzon, maire de Thurso

En entrevue à Radio-Canada, M. Lauzon a ajouté être optimiste face à l’avenir de l’industrie. Je pense que l’avenir est excellent avec l’écoute du gouvernement, a-t-il dit. Selon lui, cette annonce permet de faire le pont pour la modification du régime forestier pour pouvoir repartir sur des bases solides après .

Fermée depuis octobre 2019, l’usine de Thurso n'a trouvé aucun acheteur. En juin dernier, le gouvernement du Québec affirmait qu’il allait injecter un peu plus de 2 millions de dollars par année pour maintenir le bâtiment en bon état.

Je souhaite de tout cœur que ça reparte [...] on a mis l’argent pour que ça reparte [...] et si ça ne repart pas parce que personne ne veut l'acheter... La cellule d’intervention [...] c’est là-dessus qu’elle est en train de réfléchir, a ajouté le ministre responsable de la région de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.

Une réforme du régime forestier cet automne?

Souvent montré du doigt par les acteurs de l'industrie forestière, le régime forestier, mis en place en 2013, pourrait subir une réforme dès cet automne. C’est notre objectif de le recentrer et d’avoir un régime forestier qui reflète davantage le milieu, a souligné le ministre Dufour.

On s’aperçoit que, oui, dans une région comme l'Outaouais et les Laurentides, le régime forestier [...] va créer des problèmes souvent plus que régler des problèmes.

Pierre Dufour, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs

Le ministre a reçu en juin un rapport sur les cinq ans du régime forestier. On est à travailler sur des annonces pour octobre, a-t-il soutenu.

Les recommandations de la cellule d'intervention spéciale

Selon le communiqué, cette nouvelle somme répond aux recommandations de la cellule d’intervention spéciale – formée à l’automne d’élus des différents ordres de gouvernement ainsi que d’intervenants de l’industrie – afin de trouver des solutions à la crise forestière.

Des billots de bois en forêt.

Québec réfléchit sur le régime forestier provincial. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Notre gouvernement fait la démonstration de l’importance qu’il accorde aux recommandations du groupe de travail de la cellule d’intervention sur la vitalité de l’industrie forestière dans les régions de l’Outaouais et des Laurentides, affirme le ministre Dufour.

Le mandat des membres de la cellule de crise a d’ailleurs été prolongé, afin de trouver des solutions à plus long terme.

J’ai confiance qu’on pourra continuer de travailler sur des solutions durables et espérer une accélération de la relance économique pour ainsi soutenir les nombreuses familles qui dépendent directement de cette industrie si primordiale pour l’Outaouais et les Laurentides, soutient pour sa part dans le communiqué la préfète de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche.

Il y a une nouvelle transitoire, un montant de donné et c’est très apprécié. Mais il y a un après, et on continue à le travailler, a-t-elle souligné en entrevue à Radio-Canada. On est en train de travailler sur des projets de relance économique pour Fortress et d’autres territoires en Outaouais .

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !