•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le port du masque obligatoire suscite bien des réactions

Un homme portant un masque fait ses courses.

La première journée du port obligatoire du masque s'est déroulée sans (trop d') accrocs.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Courtemanche

Radio-Canada

La nouvelle règle sur le port du masque obligatoire dans les lieux publics fermés ne fait pas l’unanimité, aussi bien sur le fond que sur la forme. Les commerçants ne veulent pas payer pour les clients récalcitrants et des manifestants déplorent la perte de leurs droits.

Depuis samedi, le masque est obligatoire dans les commerces, les lieux de culte ou les gyms ou les bibliothèques. Du côté des clients rencontrés à Montréal, cette nouvelle norme est prise avec philosophie. On s'habitue très vite, c'est comme la ceinture de sécurité, avant c'était dur à mettre et maintenant c'est très facile, confie ce client d’une épicerie dans la mi-vingtaine.

Moi-même, je ne le portais pas avant, mais là vu que c'est obligatoire, je le porte, confie une aînée croisée au rayon des fruits et légumes.

Toutefois du côté des commerçants encore éprouvés par la période de confinement, on digère mal que le respect de cette nouvelle norme leur incombe. En effet, ils s’exposent à des amendes allant de 400 $ à 6000 $ en cas de clients récalcitrants.

C’est une responsabilité qui devrait être partagée, comme ça l’est à Toronto par exemple où c’est comme ça que ça fonctionne avec des amendes semblables pour les citoyens comme pour les commerçants.

Une citation de :Jean-Pierre Bédard, président du Regroupement des sociétés de développement commercial du Québec

Une position globalement partagée par Pierre-Alexandre Blouin, PDG de l’Association des détaillants en alimentation du Québec. On s’attend à une adhésion quand même assez grande de la population. Malheureusement, comme dans toute mesure depuis le début de la crise, c’est la gestion des exceptions qui nous cause des maux de tête, selon lui.

Treize organismes qui représentent de nombreuses entreprises du Québec demandent donc au gouvernement de revoir son règlement sur le port du masque dans les lieux publics intérieurs.

Ça ne sera pas juste de contrôler lorsque le client va arriver dans l'établissement. Il va falloir contrôler ses allées et venues.[...] Les gens vont vouloir aller aux toilettes, il faudra qu'ils portent leur masque. [...] Si des fois, ils l'oublient de bonne foi et qu'il y a un agent de police, [...] est-ce que l'exploitant va risquer d'avoir une amende entre 400 $ et 6000 $ juste pour un oubli de bonne foi ?, se questionne Martin Vézina, responsable des communications et des affaires publiques de l'Association Restauration Québec.

Intervention policière au Tim Hortons

Ce que je veux le plus, c'est éviter c'est les accrochages [de clients] avec mes employés, confie Franck Hénot, propriétaire de deux commerces sur l’avenue du Mont-Royal, à Montréal.

C'est justement ce qui est arrivé aux employés d’un Tim Hortons du quartier Villeray, à Montréal, samedi, aux alentours de midi. Un homme qui refusait de porter le couvre-visage n’a pas obtempéré aux demandes des policiers et a résisté à son interpellation. Une vidéo où on le voit recevoir du poivre de Cayenne a été abondamment partagée sur les réseaux sociaux. L’homme a été libéré avec citation à comparaître pour avoir nui au travail des policiers.

Des manifestants rassemblés à Saint-Georges, en Beauce.

On estime à 500 le nombre de protestataires présents.

Photo : Radio-Canada / Alexane Drolet

À Saint-Georges, en Beauce, environ 500 personnes ont manifesté contre l’obligation de porter un masque dans les lieux publics fermés.

On ne veut pas nuire au port du masque, on ne veut juste pas qu'il soit obligatoire. On le sait que du monde va boycotter nos commerces. On ne veut pas ça.

Une citation de :Tim Poulin Paquet, un des instigateurs de la manifestation et propriétaire d’un bar à Saint-Georges.

À Toronto, un rassemblement similaire a attiré une centaine de manifestants. Jamais dans l'histoire de l'humanité, il n'a fallu mettre en quarantaine ou masquer les gens en santé. C'est absurde! [Porter un masque est] un danger pour la santé des gens, affirme Kelly Anne Wolfe, une des organisatrices de l’événement.

Le Dr Mohit Bhutani, professeur de médecine à l’Université de l’Alberta, a expliqué, samedi, à CBC News qu’il aimerait que la population se serre les coudes au lieu de s’entre-déchirer sur un tel sujet.

Si nous relâchons notre vigilance, nous allons [...] régresser. Nous devons continuer à travailler ensemble. Je pense que nous avons fait un travail remarquable jusqu’à maintenant, et le port du masque est une solution toute simple pour vous aider à faire partie de la solution et à faire avancer les choses, a-t-il indiqué.

Avec les informations de Jacaudrey Charbonneau

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !