•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Opposition au port du masque obligatoire en Beauce

Des manifestants rassemblés à Saint-George, en Beauce.

On estime à 500 le nombre de protestataires présents.

Photo : Radio-Canada / Alexane Drolet

Des Beaucerons ont investi les rues de Saint-Georges pour démontrer leur mécontentement face à l'obligation de porter un masque dans les lieux publics fermés. Des centaines de personnes étaient présentes, samedi après-midi.

Les protestataires ont choisi entre autres les rues près de l'hôtel de ville pour s'opposer à la nouvelle mesure du gouvernement pour lutter contre la COVID-19, en vigueur depuis samedi, partout au Québec.

Rassemblement contre l'obligation de porter le masque

Deux organisateurs, Tim Poulin Paquet et Mathieu Lacroix, se disent satisfaits de la réponse des manifestants, venus nombreux. On a remarqué depuis [le décret] que le monde se sépare, on est soit pour ou contre. Nous, on dit que ça brime nos droits et notre liberté, explique Tim Poulin Paquet, qui est propriétaire du Jack Saloon, un bar de Saint-Georges.

Deux hommes un à côté de l'autre, sans masque, parlent vers un micro. L'un ne porte pas de chandail. Tous les deux portent un autocollant sur lequel on peut lire : Quand finira cette mascarade?

Tim Poulin Paquet propriétaire du Jack Saloon de Saint-Georges et Mathieu Lacroix, propriétaire d’une entreprise manufacturière et d’un gym.

Photo : Radio-Canada

On ne veut pas nuire au port du masque, on ne veut juste pas qu'il soit obligatoire. On le sait que du monde vont boycotter nos commerces. On ne veut pas ça.

Une citation de :Tim Poulin Paquet

On vient d’ici, donc on a organisé la manifestation ici. C'est un endroit avec énormément de PME. On veut qu'elles survivent. On veut la liberté de choix, que chacun respecte chacun, ajoute Mathieu Lacroix, propriétaire d'une entreprise manufacturière et d'un gym.

Visitez les commerces quand même!

Amélie St-Hilaire a lancé un cri du cœur sur Facebook. Elle souhaite que les clients ne délaissent pas les restaurants et les commerces en raison du couvre-visage obligatoire.

Celle qui dirige le restaurant Chez Gérard à Saint-Georges était bien au fait qu'une manifestation était en cours dans sa ville. Mais ce n'est pas tout le monde qui pense ainsi. J’ai fait une vidéo pour en parler, pour dire que l'idée, ce n'est pas d'être pour ou contre, mais de suivre les règles et continuer de sortir, souligne-t-elle en entrevue samedi après-midi.

Depuis, elle estime que la réaction des clients a été très bonne. Nous avons des alliés qui comprennent que les commerçants ont vraiment eu un printemps difficile et qu'ils doivent continuer de venir nous voir.

Amélie St-Hilaire devant l'entrée de son restaurant Chez Gérard, c'est le jour, le ciel est nuageux.

Amélie St-Hilaire devant son restaurant

Photo : Radio-Canada

Elle admet cependant qu'il existe plusieurs personnes qui comptent changer leurs habitudes de consommation en raison du port du masque obligatoire.

C'est sûr qu’on n’a pas eu beaucoup de cas en région, donc c'est normal que les gens se demandent pourquoi. Mais je pense que c'est un travail de longue haleine et que ça va finir par passer, précise-t-elle.

Depuis le début de la crise sanitaire, la région de Chaudière-Appalaches a dénombré 525 cas de COVID-19 sur son territoire. En date de vendredi, 515 personnes sont rétablies.

Avec les informations d'Alexane Drolet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !