•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des courts métrages qui font rayonner les talents bas-laurentiens

Image grise et vaporeuse de deux orignaux.

Parmi les courts métrages présentés, Manège nocturne marie l'art de Cynthia Naggar et celui de Gueze.

Photo : Office national du film

Des créateurs sonores et des cinéastes bas-laurentiens sont à l’honneur ces jours-ci avec le lancement de quatre courts métrages coproduits par l’Office national du Film (ONF) et Paraloeil.

Cette année, l’ONF s’est arrêté au Bas-Saint-Laurent pour mettre en branle des projets de courts métrages, en coproduction avec l'organisme Paraloeil de Rimouski.

Ce partenariat s'est concrétisé dans le cadre du projet 5 courts, qui revient pour une quatrième année, et qui offre l’occasion à l’ONF de s'associer avec un organisme culturel régional pour mettre en lumière les talents régionaux.

Un des points majeurs de ce projet-là, c’est que c’est des productrices dans les meilleures au Québec, au Canada, qui viennent prêter main-forte aux créateurs régionaux, de dire "les gars, vous avez du talent, on vous donne l’opportunité de faire un court métrage, on vous donne l’encadrement ou l’expérience de Colette Loumède et de Nathalie Cloutier, qui sont les productrices déléguées à l’ONF", se ravit Guillaume Lévesque, un des cinéastes participants.

La productrice exécutive au studio documentaire de l’ONF, Nathalie Cloutier, explique que le projet revêt une couleur particulière cette année, car il allie des cinéastes et des créateurs sonores en coréalisation.

Quand on a approché Paraloeil et qu’on s’est rendues sur place, Colette Loumède et moi, on a rencontré une communauté de création tellement diversifiée et tellement dynamique, [avec] beaucoup de créateurs sonores, étrangement – je ne sais pas ce qu’il y a dans l’eau du Bas-Saint-Laurent –, des gens qui font de la musique actuelle [...], du monde vraiment créatif.

Les huit artistes rassemblés.

Les créations de huit artistes du Bas-Saint-Laurent sont diffusées depuis le 13 juillet sur le site Internet de l'ONF.

Photo : Office national du film

L’idée de produire des projets de cocréation, en duo, leur est alors venue, question de placer le son au cœur de ces courts métrages documentaires : quatre d’entre eux ont vu le jour.

L’élément du son en documentaire, des fois on le prend pour acquis, ça vient en dernier, c’est la dernière affaire qu’on fait à la fin du film, quand on n’a plus trop d’argent, et les créateurs et concepteurs sonores vont vous le dire, c’est souvent une frustration, alors on voulait l’amener dans l’intention de départ dans le projet, c’était une attention particulière au son en général, explique la productrice.

Les courts métrages présentés :

Nathalie Cloutier estime que les artistes ont vraiment su relever le défi, qui avait de multiples facettes, si ce n’est que pour la contrainte du travail en tandem. Et créer un film documentaire en format court, c’est une autre grammaire.

Chaque projet a une proposition sonore intéressante et qui vient même teinter le sujet, mais aussi la manière de parler de ce sujet, donc c’est super intéressant.

Nathalie Cloutier, productrice exécutive au studio documentaire de l’ONF

On rentre tout à coup dans une histoire, brièvement, et on en ressort, et on a appris quelque chose, on s’est fait raconter une histoire et on a senti quelque chose. Et en cinq minutes, ce n’est pas facile.

Avec la collaboration de Michaële Perron-Langlais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Cinéma