•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendie dans la cathédrale de Nantes, la piste criminelle privilégiée

Plusieurs pompiers et camions sur la place devant la cathédrale de Nantes.

Un incendie a éclaté samedi matin dans la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes.

Photo : Reuters / STEPHANE MAHE

Radio-Canada

Un incendie a endommagé samedi une partie de la cathédrale gothique de Nantes, dans l'ouest de la France, un édifice du 16e siècle dans lequel trois points de départ de feu ont été identifiés, entraînant l'ouverture d'une enquête pour « incendie volontaire ».

L'épais panache de fumée noire qui s'est échappé de l'énorme vitrail de la façade de Saint-Pierre-et-Saint-Paul a ravivé les souvenirs douloureux de l'incendie de Notre-Dame de Paris en avril 2019, même si le sinistre a été vite circonscrit.

La centaine de pompiers dépêchés sur place pour combattre les flammes ont été confrontés au violent incendie de l'orgue situé derrière la rosace. Le feu a notamment détruit des vitraux et des œuvres d'art datant du 16e siècle.

Les dégâts sont concentrés sur le grand-orgue, qui semble être entièrement détruit. La plateforme sur laquelle il se situe est très instable et menace de s'effondrer, a déclaré le directeur départemental des pompiers, le général Laurent Ferlay lors d'un point presse devant la cathédrale.

Ces dégâts ne peuvent toutefois être comparés à ceux provoqués par les incendies de Notre-Dame de Paris, contre lequel les pompiers ont lutté pendant 15 heures et qui a détruit la flèche et la totalité de la toiture, ni à celui de cette même cathédrale en 1972, a ajouté M. Ferlay.

Deux pompiers dans une nacelle entourés de fumée.

Une centaine de pompiers ont été dépêchés sur les lieux pour combattre le sinistre, qui serait d'origine criminelle.

Photo : Reuters / STEPHANE MAHE

Trois départs de feu identifiés

Samedi matin vers 8 heures [heure locale], des passants qui voyaient des flammes derrière la rosace ont alerté les secours, selon les pompiers.

Trois points de départ de feu ont alors été constatés dans la cathédrale, a précisé le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès.

Entre le grand orgue qui est sur la façade au premier étage et les autres feux, vous avez quasiment toute la distance de la cathédrale, ils sont quand même à une distance conséquente les uns des autres, a-t-il relevé.

Cependant, il n'y a pas de trace d'effraction au niveau des accès extérieurs, a-t-il indiqué.

Selon le père Hubert Champenois, recteur de la cathédrale, tout était en ordre hier soir. Chaque soir, avant de la fermer, une inspection très précise est effectuée.

Le grand orgue a complètement disparu, a notamment commenté avec émotion l'administrateur diocésain, le père François Renaud, qui a déploré une perte inestimable.

C'est un grand chagrin

Le premier ministre Jean Castex s'est rendu à Nantes samedi en compagnie de Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, et Gérald Darmanin, son homologue au ministère de l'Intérieur.

Place, désormais, d'une part à l'enquête [...] sur laquelle, à ce stade, je ne dispose d'aucun élément précis d'information. Place ensuite à la reconstruction, que je souhaite la plus rapide possible et à laquelle l'État prendra toute sa part, a assuré le chef de gouvernement.

Il y a des choses irrécupérables, comme le tableau d'Hippolyte Flandrin, Saint Clair guérissant les aveugles, il est perdu définitivement. C'est un grand chagrin, a également déclaré Mme Bachelot.

Le président Emmanuel Macron a plus tôt tweeté son soutien aux sapeurs-pompiers, qui prennent tous les risques pour sauver ce joyau gothique de la cité des Ducs.

Construite à partir du 15e siècle, la cathédrale gothique Saint-Pierre-et-Saint-Paul a été en partie détruite pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a également subi un important incendie en 1972 qui a ravagé sa charpente et au cours duquel son toit avait été ravagé par les flammes. Le sinistre s'était déclaré à la suite à des travaux effectués par un couvreur.

La cathédrale de Nantes n'avait pu être rendue au culte qu'en mai 1985, après plus de 13 ans de travaux.

En 2015, toujours à Nantes, un autre édifice catholique avait été touché par un incendie spectaculaire qui avait détruit les trois quarts du toit de la basilique Saint-Donatien-et-Saint-Rogatien, un édifice religieux du 19e siècle.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !