•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'UE dénonce la politique des sanctions de l'administration Trump

Les sanctions américaines ont visé des projets de gazoduc qui achemineront du gaz russe en Europe.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrel.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrel

Photo : Reuters / FRANCOIS LENOIR

Agence France-Presse

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a dénoncé vendredi la politique des sanctions de l'administration américaine, la jugeant contreproductive.

Je suis profondément préoccupé par le recours croissant aux sanctions, ou à la menace de sanctions, par les États-Unis contre les entreprises et les intérêts européens, a-t-il déclaré dans un communiqué publié en son nom pendant un sommet européen consacré à la relance de l'économie européenne.

Nous avons été témoins de cette tendance croissante dans les cas de l'Iran, de Cuba, de la Cour pénale internationale et, plus récemment, des projets [de gazoduc] Nordstream 2 et Turkstream, a-t-il souligné.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a ouvert la voie mercredi à des sanctions plus dures pour empêcher la mise en service du projet de gazoduc Nordstream 2 entre la Russie et l'Allemagne. Ces sanctions ont été dénoncées par Berlin.

Le projet Turkstream doit quant à lui acheminer du gaz russe en Turquie et en Europe. Il a été inauguré en janvier par les présidents russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan.

Par principe, l'Union européenne s'oppose à l'utilisation de sanctions par des pays tiers contre des entreprises européennes exerçant des activités légitimes, a rappelé M. Borrell.

En outre, elle considère que l'application extraterritoriale de sanctions est contraire au droit international, a -t-il insisté.

L'Espagnol a souligné que les politiques européennes devraient être déterminées ici en Europe et non par des pays tiers.

Lorsque des différences de politique existent, l'Union européenne est toujours ouverte au dialogue. Mais cela ne peut pas se faire contre la menace de sanctions, a-t-il conclu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !