•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Recensement 2021 : « Ça va changer le visage du Canada français »

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
De la hausse de 57 325 anglophones, plus de la moitié a été remarquée à l’extérieur de Montréal, dans des villes majoritairement francophones, selon le recensement 2016 de Statistique Canada,

Le reportage d'Adrien Leblanc.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Plamondon

Pas moins de cinq questions liées au droit à l’instruction dans la langue de la minorité ont été ajoutées dans le questionnaire du recensement de 2021 (Nouvelle fenêtre), rendu public vendredi par Statistique Canada. Elles concernent les études primaires ou secondaires, le type de programme fréquenté et le nombre d’années de fréquentation.

L’avocat spécialiste des questions linguistiques Mark Power ne mâche pas ses mots. C’est peut-être même le plus important développement linguistique fédéral depuis l’adoption de la Loi sur les langues officielles fédérales en 1988, affirme-t-il.

C’est gros, c’est important, ça va changer le visage du Canada français, du moins hors Québec.

Mark Power, avocat spécialiste des questions linguistiques

Des associations de défense des droits des francophones avaient notamment fait pression pour l’ajout de telles questions dans le recensement. Elles demandaient qu'il soit amendé pour inclure des questions permettant d'identifier tous les parents qui ont droit à l'éducation en français ou en anglais en milieu minoritaire en vertu de l’article 23 de la Loi constitutionnelle de 1982 (Nouvelle fenêtre).

On ignorait depuis 38 ans la catégorie deux [de l’article 23], les parents qui ont étudié en français, et la catégorie trois [de l’article 23], les enfants qui ont étudié en français, explique le président du Caucus libéral des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CCLOSM), Darrell Samson.

Un impact important sur l’éducation

La constitution donne droit à des écoles francophones hors Québec là où le nombre le justifie, explique Me Power. Le recensement, à compter de 2021, va permettre de démontrer beaucoup plus facilement que le nombre justifie les écoles.

M. Samson abonde dans le même sens. Il ne serait pas surpris que le nombre d’enfants ayant droit à l’éducation dans la langue de la minorité double, voire triple dans les prochaines années.

C’est une victoire qui va assurer la vitalité des communautés acadiennes et francophones à travers le Canada à l’extérieur du Québec, ainsi que des Anglos au Québec.

Darrell Samson, président du Caucus libéral des communautés de langue officielle en situation minoritaire (CCLOSM)

Selon Me Power, ces ajouts forceront les provinces et les territoires à investir de manière beaucoup plus importante pour l’instruction dans la langue de la minorité. Des écoles vont pousser comme des champignons à travers le Canada français hors Québec, c’est spectaculaire comme développement, soutient-il.

D'autres ajouts au recensement

Une question a été ajoutée sur l’appartenance à une organisation ou à un établissement métis afin de la distinguer de l’ascendance historique métisse ou mixte. Une autre question a aussi été ajoutée au sujet des accords sur les revendications territoriales des Inuit.

Le questionnaire abrégé (Nouvelle fenêtre) comprend désormais une question demandant aux répondants de s’identifier comme ancien combattant ou comme membre actif des Forces armées canadiennes. Il n’existe actuellement aucune source de données exhaustives fournissant une liste complète des anciens combattants selon Statistique Canada.

Afin de répondre à certaines préoccupations de la population transgenre et non binaire, le questionnaire de 2021 distingue le sexe à la naissance du genre, et inclut une question supplémentaire liée à ce dernier. Les Canadiens pourront donc s’identifier comme appartenant au genre masculin, féminin, ou préciser leur genre autrement.

En ce qui concerne les minorités ethnoculturelles, plusieurs questions ont été modifiées. Les exemples ont été supprimés de la question sur l’origine ethnique ou culturelle des ancêtres afin d’éviter d’influencer les réponses données. Une explication des termes et un lien vers des exemples y figurent cependant.

La question sur la religion inclut toujours des exemples, mais également un lien vers une liste plus exhaustive. L’objectif est de préciser les confessions ou doctrines précises à l’intérieur des grandes religions.

Enfin, les Canadiens pourront répondre à deux questions supplémentaires sur le travail précaire et sur la raison pour laquelle une personne n’aurait pas travaillé pendant une grande partie de l’année. Une question a été ajoutée sur les modes de transport utilisés pour se rendre au travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !