•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le mont Orford ne sera finalement pas payant

Le mont Orford vu de loin.

Le mont Orford ne sera finalement pas payant pour les randonneurs lundi prochain.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

Les randonneurs n’auront finalement pas à payer pour grimper le mont Orford. C’est ce qu’a fait savoir la Corporation Ski & Golf Mont-Orford vendredi, par voie de communiqué, alors que la tarification devait être mise en place à partir de lundi prochain.

Le conseil d’administration de la Corporation a décidé d’accepter les recommandations du comité de travail qui avait été mis sur pied pour trouver des solutions pour le financement des opérations estivales de la montagne.

Parmi les recommandations figurent notamment la suspension du droit d’accès à la montagne et le retrait permanent des entraves à la circulation piétonnière qui avaient été installées pour limiter l’accès au site lors de travaux au cours des dernières années.

Ça montre que le pouvoir citoyen est important. [...] Ce n’est pas vain de se mobiliser, se réjouit Claude Dallaire, porte-parole de la Coalition SOS Parc Orford, qui s'était remise en action à la fin du mois de mai.

Le pouvoir citoyen, il faut l’exercer tout le temps. Il ne faut pas laisser aller les choses.

Claude Dallaire, porte-parole de la Coalition SOS Parc Orford

Stationnement payant à la Flambée des couleurs

À partir de l’automne, le stationnement deviendra toutefois payant pendant neuf jours lors de la Flambée des couleurs dans le cadre d’un projet pilote. Ce tarif sera accompagné d’un rabais sur la remontée mécanique, explique la Corporation Ski & Golf Mont-Orford dans son communiqué.

On fait un projet pilote. On a besoin de revenus de façon évidente. Si ça fonctionne bien, on n’a pas à revenir à autre chose. Il y a autre chose qu’on pourrait essayer. Il faut se laisser le temps de faire ces essais-là, explique Jacques Demers, président de la Corporation Ski & Golf Mont-Orford.

Si on n’a pas besoin de retourner vers le projet de tarification, tant mieux. On croit au projet pilote qu’on fait.

Jacques Demers, président de la Corporation Ski & Golf Mont-Orford

Encore du travail à faire

Patrick Lagrandeur, membre de SOS Parc Orford et initiateur de la pétition Le mont Orford n’est pas une propriété privée, lancée en mai dernier et qui a recueilli plus de 17 000 signatures, se dit satisfait de la nouvelle.

Je pense que les gens de la région vont être contents du travail qu’on a fait, fait-il savoir. Mais il reste encore du travail à faire, nuance-t-il.

Un comité consultatif sera également mis sur pied pour conseiller la Corporation de façon continue et traitera des enjeux liés à l’accessibilité à la montagne pour les randonneurs.

On est content qu’il y ait un comité consultatif qui surgisse du comité de travail qui va survivre à cette initiative-là. Pour nous, c’est une bonne pratique de gouvernance de pouvoir participer aux bonnes décisions qui vont avoir lieu à la montagne, souligne Patrick Lagrandeur.

Au début du mois, trois citoyennes de Magog et Sherbrooke ont intenté une poursuite contre la Corporation Ski & Golf Mont-Orford, le ministre Pierre Dufour et la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) pour non-respect de la Loi sur les parcs et du bail qui lie la Corporation Ski et Golf Mont-Orford au gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !