•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hologrammes, réalité étendue et jumeaux numériques : voici comment Samsung imagine la 6G

Un homme porte un casque de réalité virtuelle et interagit avec des engrenages virtuels devant lui.

Cette image illustre le concept de la réalité étendue.

Photo : Photo tirée du livre blanc de la 6G de Samsung

Radio-Canada

Tandis que le déploiement des réseaux de téléphonie mobile 5G en est encore à ses débuts, le géant sud-coréen Samsung a publié cette semaine son livre blanc sur la 6G, la prochaine génération de communications mobiles qui devrait selon lui être prête aussi tôt qu’en 2028, avec une commercialisation à grande échelle prévue pour 2030.

Samsung détaille dans ce document de 46 pages (Nouvelle fenêtre) sa vision de la 6G, qui devrait pousser encore plus loin les fonctionnalités des objets connectés. L’entreprise prévoit notamment que la 6G propulsera des écrans holographiques mobiles haute fidélité ainsi que la réalité étendue, une technologie qui combine les réalités virtuelle et augmentée.

Il est également question de jumeaux numériques. Samsung dit que cette technologie permettra de créer des répliques numériques de gens, d’objets ou d’endroits que les gens seraient capables d’explorer et de surveiller dans le monde réel, sans contraintes temporelles ou spatiales.

Un schéma qui illustre ce que sont la réalité étendue, les hologrammes mobiles et les répliques numériques.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La réalité étendue, les hologrammes et les jumeaux numériques sont les trois principaux services qui seront propulsés par la 6G, selon Samsung.

Photo : Photo tirée du livre blanc de la 6G de Samsung

Concrètement, cela voudrait dire que quelqu’un pourrait créer un jumeau numérique d’un bureau, le visiter et y déplacer des objets. Un robot situé dans le vrai bureau pourrait répliquer ses actions en temps réel.

D’après Samsung, il faudrait une vitesse de connexion d’environ 800 gigabits par seconde pour répliquer un espace d’un mètre carré en temps réel. C’est environ 80 fois plus rapide que la vitesse théorique maximale des réseaux 5G.

Il y a aura de nouveaux services avancés dans l’ère de la 6G qui nécessiteront un traitement d’une énorme quantité de données en temps réel, un débit de données hyper rapide ainsi qu’une latence extrêmement faible, peut-on lire dans le livre blanc.

Samsung dit aussi que la 6G consommera au moins deux fois moins d’énergie que la 5G, tant en ce qui concerne les appareils mobiles que les tours cellulaires.

Avec les informations de Venture Beat, et CNet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !