•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouveau centre d’expertise industrialo-portuaire voit le jour à Sept-Îles

La baie de Sept-Îles

Un des principaux projets du centre consistera à implanter des bouées dans le port de Sept-Îles.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Radio-Canada

Le nouveau centre a été inauguré vendredi par l’Institut nordique de recherche en environnement et en santé au travail (INREST) et le Port de Sept-Îles, qui sont partenaires du projet.

Le Centre d’expertise industrialo-portuaire (CEIP) de Sept-Îles sera chargé de développer des outils liés aux enjeux environnementaux, notamment en ce qui concerne la gestion des opérations en zone industrielle et portuaire.

Il aura pour mission de poursuivre et d’élargir les travaux entamés par l'observatoire de la baie de Sept-Îles, qui, depuis 2013, évalue les impacts environnementaux des activités qui se déroulent dans la baie.

Obtenir des données

L'une des premières réalisations du centre consistera à implanter des bouées dans le port de Sept-Îles afin d’obtenir des données en temps réel.

Ces données permettront aux gestionnaires du Port de Sept-Îles d’être capables de réagir, d’être alertés sur leur cellulaire si, par exemple, la concentration d’un paramètre commence à s’approcher d’une norme, afin de pouvoir réagir avant qu’il n'y ait un dépassement, explique Julie Carrière, directrice générale de l'INREST.

Cela permettra d'agir en amont et non en réaction, résume-t-elle.

Julie Carrière, directrice générale de l'INREST.

Julie Carrière, directrice générale de l'INREST

Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Selon le président-directeur général du Port de Sept-Îles, Pierre Gagnon, récolter de telles données a pour but de mieux contrôler l’impact des activités du port sur les écosystèmes.

On contrôle ce que l’on mesure, annonce-t-il. Si on ne contrôle rien, on va se retrouver avec certaines facettes où l’on pourrait mettre en péril des activités de mariculture comme on a ici à l’intérieur du périmètre et ça, c’est vraiment précieux.

D’autres projets seront aussi initiés au sein du CEIP, comme la diversification économique et le développement de procédés au niveau du cosmétique et du pharmaceutique, détaille Julie Carrière.

Les premiers membres du centre sont la Compagnie minière IOC-Rio Tinto, Aluminerie Alouette, Minerai de fer Québec, la Ville de Sept-Îles et Développement économique Sept-Îles.

L'expertise développée à Sept-Îles pourra éventuellement être exportée vers d'autres installations industrialo-portuaires.

Avec les informations de Laurence Royer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !