•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Manitoba investit 450 000 $ pour aider la GRC à gérer les appels en santé mentale

Un téléphone dans une main.

L'application répertorie plusieurs indicateurs différents et recommande aux policiers le meilleur plan d'action.

Photo : Radio-Canada / Riley Laychuk

Radio-Canada

Le gouvernement provincial investit près d'un demi-million de dollars dans une application destinée aux services de police qui, selon lui, aidera la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à mieux gérer les appels d'urgence liés à la santé mentale.

Le ministère de la Justice a annoncé jeudi qu’il consacrera plus de 450 000 $ provenant du fonds fédéral du produit du crime à HealthIM, un système déjà utilisé par certains services de police de la province pour répondre aux personnes aux prises avec des crises psychologiques.

Ce système soutient une réponse plus empathique aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale non gérés et protège le public, le personnel médical et la personne en crise, a déclaré le ministre de la Justice, Cliff Cullen, dans un communiqué.

L’application est déjà utilisée par huit services de police au Manitoba, dont ceux de Winnipeg et de Brandon ainsi que plusieurs Premières Nations.

Le nouveau financement permettra à tous les détachements de la GRC d’être connectés.

Projet pilote depuis un an

Un projet pilote a été déployé dans plusieurs détachements de la GRC entre juillet 2019 et juin 2020.

Résultats du projet pilote

  • HealthIM a été utilisé 4087 fois.
  • 54 % des appels concernant la santé mentale auxquels la police a répondu concernaient des femmes.
  • Le groupe d'âge le plus important était celui des 18 à 30 ans.
  • 14 % des appels étaient des jeunes.
  • Les appréhensions involontaires sont passées d'un taux d'environ 68 % à 28 %.
  • Les temps d'attente à l'hôpital de la police sont passés de 4 h 30 à environ 1 h 40.

L'application guide les agents à travers un certain nombre de questions pour les aider à évaluer les comportements ou les actions de la personne concernée par l'appel d'urgence.

L'application fournit ensuite des recommandations sur ce que l'agent doit faire, notamment la mise en relation de la personne avec des ressources communautaires ou son transfert à l'hôpital.

L'outil est conçu pour aider à réduire le risque qu'une personne en crise ne fasse du mal à elle-même ou à autrui, a expliqué la province.

Selon le ministère de la Justice du Manitoba, l'expansion de l'application fera du Manitoba la première province à utiliser HealthIM dans plusieurs services de police à l’échelle d’une même province.

Avec des informations de Peggy Lam

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !