•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Colisée de Trois-Rivières : la difficulté des sous-traitants à se faire payer

L'extérieur du Colisée en construction.

Le nouveau Colisée de Trois-Rivières en construction (Juillet 2020)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des sous-traitants auraient eu à attendre des mois avant de pouvoir être payés pour des travaux effectués sur le chantier du nouveau Colisée de Trois-Rivières.

La Ville de Trois-Rivières indique être au courant que des litiges opposent le groupe TEQ à certains de ses sous-traitants. Certains entrepreneurs craignent que la situation ne se répète d’ici la fin de la construction.

En janvier 2018, la Ville a confié le contrat de la construction du nouveau Colisée au groupe TEQ, qui a notamment réaménagé le centre Bell et rénové d'autres centres sportifs au Québec. L'enveloppe budgétaire totale pour ce projet est de 60,6 millions de dollars.

Il s’agit d’un contrat clé en main qui fait en sorte que TEQ est responsable de toute la construction et fait appel à des sous-traitants lorsque nécessaire.

Ce sont certains de ces sous-traitants qui nous ont confié avoir eu des retards de paiement durant de longs mois, pour des factures totalisant plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Ils nous ont parlé sous le couvert de l'anonymat, par peur de représailles.

Un entrepreneur affirme avoir dû diminuer le nombre de travailleurs sur le chantier, ce qui entraîne des retards dans l'avancement des travaux, pour tenter d'être payé et pour éviter d'assumer le paiement de ses employés sans être payés à son tour.

Nous avons tenté de joindre le groupe TEQ, qui n'a pas répondu à nos appels pour le moment.

Une affiche où on peut lire TEQ sur une côture devant le Colisée.

La Ville de Trois-Rivières a octroyé le contrat de la construction du Colisée à l'entreprise T.E.Q.

Photo : Radio-Canada

La Ville déplore la situation

La Ville de Trois-Rivières déplore la situation, mais comme il s’agit d’un contrat clé en main, elle ne peut pas s'immiscer dans les relations entre TEQ et ses sous-traitants.

Chaque semaine, TEQ lui indique le niveau d’avancement des travaux et selon la Ville, les litiges n'ont pas causé de nouveaux retards.

Dans le contrat initial, une pénalité de 5000 $ par jour de retard dans la livraison est prévue. La Ville dit s’assurer que ses droits sont protégés.

Un bout du Colisée où on voit des vitres.

Le nouveau Colisée de Trois-Rivières en construction (Juillet 2020)

Photo : Radio-Canada

Le Colisée devait d'abord être livré pour janvier 2020, mais un retard de trois mois avait été annoncé en 2019, en raison, notamment, de la grève des grutiers au printemps 2018, de la pénurie de main d'oeuvre et de quelques modifications apportées au projet. La pandémie a aussi entraîné d'autres retards.

Le Colisée devrait être livré à la Ville de Trois-Rivières la fin de l’année 2020.

Avec des informations de Sarah Désilets-Rousseau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !