•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police d'Ottawa inculpe un membre de la GRC pour voyeurisme et agressions sexuelles

Le quartier général du Service de police d'Ottawa.

Le quartier général du Service de police d'Ottawa (archives).

Photo : Dereck Doherty

Radio-Canada

Un homme, âgé de 35 ans et membre de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de la Colombie-Britannique à Richmond, fait face à 34 chefs d'accusation de voyeurisme et 3 chefs d’agression sexuelle, mettant en cause 6 victimes qu’il connaissait, a annoncé la police d'Ottawa jeudi.

C'est l'Unité des agressions sexuelles et de la violence faite aux enfants du SPO qui l'a inculpé mercredi.

En janvier 2020, la police de Vancouver a pris contact avec celle d'Ottawa. Cette dernière a ouvert une enquête portant sur des actions indécentes. Les infractions survenues à Ottawa ont eu lieu entre 2011 et 2018, précise un communiqué du SPO.

L’accusé, Andrew Seangio, résidait à Ottawa lorsque certaines des infractions ont été commises. Il faisait l’objet d’une suspension. Il s'est livré jeudi matin aux mains de la police à Vancouver.

Par ailleurs, dans le cadre de l'enquête menée par la police de Vancouver, l'individu a été accusé d'une série d'infractions sexuelles dans le quartier West Side de la ville, en mars 2020, y compris pour des actes d'exhibitionnisme survenus près de l'école privée pour filles York House.

D'autres victimes?

Les enquêteurs du SPO estiment qu’il pourrait y avoir d’autres victimes dans cette affaire. Ils demandent à toute femme ayant été présente dans la résidence de M. Seangio, située dans le secteur sud d’Ottawa, entre octobre 2015 et octobre 2017, de bien vouloir communiquer avec eux.

L’Unité des agressions sexuelles et de la violence faite aux enfants de la police d’Ottawa est joignable au 613-236-1222, poste 5944.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.