•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouverneur de la Georgie poursuit la mairesse d'Atlanta, qui a imposé le masque

La confrontation entre le gouverneur républicain de la Georgie et des villes dirigées par des démocrates se déploie sur le terrain judiciaire.

Brian Kemp, assis, signe un décret.

La confrontation entre le gouverneur Kemp et plusieurs maires de la Georgie se fait maintenant sur le terrain judiciaire.

Photo : Associated Press / Mike Stewart

Au lendemain de son décret interdisant aux villes et aux comtés de l'État de rendre le masque obligatoire dans les lieux publics, le gouverneur Brian Kemp est allé plus loin, jeudi, en annonçant une poursuite contre tous les élus municipaux de la plus grande ville de l'État, qui entendaient défier son décret.

La plainte, déposée devant la Cour supérieure du comté de Fulton, vise la mairesse Keisha Lance Bottoms et les 16 membres du conseil municipal d'Atlanta.

Se posant en défenseur des propriétaires d'entreprises d'Atlanta et de leurs employés qui luttent pour survivre en ces temps difficiles, le gouverneur Kemp a écrit sur Twitter que ce procès était intenté [en leur] nom.

Ces hommes et ces femmes font de leur mieux pour nourrir leurs familles, tandis que les élus locaux ferment des entreprises et sapent la croissance économique, a-t-il soutenu.

Je refuse de rester les bras croisés alors que des politiques désastreuses menacent la vie et les moyens de subsistance de nos citoyens. Nous nous battrons pour mettre fin à ces actions imprudentes et faire passer les gens avant les jeux politiques liés à la pandémie.

Une citation de :Brian Kemp, gouverneur de la Georgie

Le procureur général de l'État, Christopher Carr, a pour sa part écrit que l'État continuait d'exhorter les citoyens à porter des masques et a affirmé que ce procès était une question de règle de droit.

La réplique de la mairesse Lance Bottoms, perçue comme une possible colistière du candidat démocrate pressenti à la présidence, Joe Biden, n'a pas tardé.

3104 Georgiens sont morts, et ma famille et moi-même faisons partie des 106 000 personnes qui ont reçu un diagnostic positif de COVID-19, a-t-elle écrit sur Twitter, accusant le gouverneur d'utiliser les fonds publics à mauvais escient.

L'argent des contribuables serait mieux utilisé s'il servait à développer la capacité de dépistage et de traçage des contacts [des personnes infectées].

Une citation de :Keisha Lance Bottoms, mairesse d'Atlanta

Elle a en outre souligné que l'imposition du masque dans les lieux publics figurait parmi les recommandations que lui avait formulées le Conseil consultatif sur la réouverture d'Atlanta dans son rapport final.

Avant l'annonce de la poursuite, un porte-parole de la mairesse Lance Bottom avait averti que la Ville n'entendait pas reculer. L'ordonnance de la mairesse reste en vigueur, car la science et les données continueront à guider les décisions de la Ville, avait-il répondu à l'Associated Press. Les masques sauvent des vies.

Atlanta, la capitale de l'État, fait partie de la quinzaine de villes et comtés de la Georgie qui avaient imposé le port du masque.

Brian Kemp ne s'oppose pas au port du masque et il l'encourage même, mais il maintient depuis des semaines que le rendre obligatoire va trop loin.

La saga judiciaire qui s'amorce survient alors que l'État, à l'instar de dizaines d'autres États, connaît une flambée épidémique. La Georgie recensait jeudi près de 3500 nouveaux cas, pour un total de 131 275. Il y avait en outre 2800 personnes à l'hôpital, un sommet depuis le début de la pandémie.

Plus de 3100 personnes dans cet État sont mortes de la maladie, d'après la base de données du site Worldometers.

Selon l'analyse du Washington Post, le taux de mortalité lié à la COVID-19 en Georgie a augmenté de 23 % en une semaine.

The Atlanta Journal-Constitution rapportait mercredi que les unités de soins intensifs de l'État étaient remplis à 84 %.

Un bras de fer politique

Gros plan de Keisha Lance Bottoms

La mairesse Lance Bottoms est visée personnellement par la poursuite.

Photo : Associated Press / Ben Gray

L'annonce de l'administration Kemp est la plus récente bataille l'opposant à des villes dirigées par des démocrates, notamment la mairesse Lance Bottoms.

Celle-ci s'est opposée à plusieurs reprises au gouverneur républicain, que ce soit en raison de sa décision de déployer la Garde nationale à Atlanta à la suite d'un week-end particulièrement violent dans la capitale ou de sa gestion de la pandémie.

Keisha Lance Bottoms lui a par exemple reproché de procéder trop rapidement au déconfinement.

Le gouverneur avait par ailleurs déjà décrété que les villes et les comtés n'avaient pas le droit d'imposer des restrictions plus sévères que celles exigées par l'État, mais plusieurs villes et comtés avaient passé outre. L'élu républicain est donc revenu à la charge mercredi, en interdisant spécifiquement aux villes de rendre le masque obligatoire dans les lieux publics, y compris dans les édifices et les terrains municipaux.

Loin d'avoir mis un terme à la confrontation, sa décision, annoncée en soirée, a alimenté les tensions.

L'accusant de privilégier ses intérêts politiques au détriment de la santé de leurs concitoyens, des maires démocrates avaient indiqué, avant l'annonce de la poursuite, qu'ils n'entendaient pas plier.

La Ville de Savannah avait été la première à imposer le masque, à la fin du mois dernier. Son maire Van Johnson a lui aussi condamné le décret.

À Savannah, nous continuerons à garder la foi et à suivre la science. Les masques continueront d'être disponibles!, a-t-il tweeté.

C'est officiellement officiel. Le gouverneur Kemp se fiche de nous. Chacun pour soi. Ignorez la science et survivez du mieux que vous pouvez.

Une citation de :Van Johnson, maire de Savannah

D'autres responsables se sont montrés moins incisifs, mais tout aussi déterminés.

Quand il est question de protéger la vie des citoyens d'Augusta, nous n'allons pas reculer, a déclaré le maire de la ville, Hardie Davis.

Nous souhaitons que nos exigences locales restent en place, a pour sa part écrit dans un courriel à l'Associated Press le maire du comté d'Athènes-Clarke, Kelly Girtz, qui s'est dit en contact avec plusieurs autres maires. Nous croyons fermement que cela relève de notre autorité.

D'autres responsables locaux soutiennent toutefois le gouverneur. Cité par The Atlanta Journal-Constitution, le maire de Tucker, Frank Auman, a par exemple déclaré que véhiculer un message positif sur l'utilisation des masques serait plus efficace que toute exigence gouvernementale.

Brian Kemp bénéficie également de l'appui de l'Association des restaurants de la Georgie, qui a insisté sur la nécessité de garantir une uniformité sur l'ensemble du territoire de l'État en plus de vanter son travail remarquable.

Selon le New York Times, plus de la moitié des États américains, dont des États républicains comme l'Alabama ou le Maryland, ainsi que le District de Columbia ont rendu le port du masque obligatoire dans les endroits publics.

Parfois, la décision a été prise à reculons. Après avoir mis un terme aux ordres des instances locales en ce sens, le gouverneur du Texas, Gregg Abbott, un républicain, a ainsi fait marche arrière la semaine dernière en l'imposant dans la majeure partie de l'État.

Certains gouverneurs refusent d'obliger le port du masque à l'échelle de l'État, sans pour autant interdire aux municipalités de le faire.

Avec les informations de The Atlanta Journal-Constitution, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !