•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du homard de la Basse-Côte-Nord sur le marché chinois, une première

Des homards vivants

Des homards vivants (archives)

Photo : Radio-Canada

Pour la toute première fois, une cargaison de homards vivants de la Basse-Côte-Nord a été livrée en Chine cette semaine.

Le homard pêché au large de La Tabatière et de Saint-Augustin et distribué par Pêcheries Petit Havre a d’abord été transporté jusqu’à Halifax pour être chargé à bord d’un avion-cargo.

Le propriétaire de l’entreprise, Michael Sheppard, explique que l’exportation de produits de la Basse-Côte-Nord représente un important défi logistique.

C’est probablement la logistique la plus compliquée, dit-il. Nous ne sommes pas connectés au réseau routier du Québec et on a trois provinces à traverser en plus d’un continent. Juste de distribuer du homard sur la Basse-Côte-Nord c’est un exploit.

L'entreprise Pêcheries Petit Havre prévoit envoyer cinq à six autres chargements de homards d’ici la fin de la saison, soit l’équivalent de 30 000 livres de crustacé.

Pour atteindre son objectif, la Pêcherie a dû doubler son nombre d’employés.

Il a fallu trouver des pêcheurs pour nous fournir des homards de qualité. À l’usine, le homard doit être trié et il faut s’assurer que la carapace soit assez dure pour envoyer le homard au client.

Michael Sheppard aurait toutefois aimé exporter un plus grand nombre de homards pendant la saison qui tire maintenant à sa fin, mais la pandémie de COVID-19 a compliqué ses plans.

Les douanes chinoises étaient très strictes avec les produits vivants qui arrivaient du Canada et de partout au monde. Il y avait un temps d’attente qui était excessif. Récemment, les douanes ont relaxé un peu leurs demandes donc on s’est essayé et ça fonctionne très bien.

Un produit prisé

Il ajoute que le homard de la Basse-Côte-Nord est très apprécié sur le marché chinois, surtout parce qu’il se conserve très bien pendant le transport grâce à sa carapace épaisse.

L’eau est très froide, la carapace est très dure sur le homard. Le homard est très vivant quand il arrive sur le marché chinois. Les Chinois apprécient beaucoup le homard canadien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !