•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qui préfère les leaders tyranniques?

Un homme parle dans un micro.

Un tyran est une personne excessivement autoritaire qui abuse de son pouvoir.

Photo : iStock

Radio-Canada

Il existe un lien entre l'environnement familial dans la jeunesse d'un individu et les types de dirigeants vers lesquels il sera attiré une fois adulte, affirment des chercheurs américains. Explications.

Comment certains dirigeants politiques ou du monde des affaires qui présentent des traits narcissiques, manipulateurs et même dominateurs parviennent-ils à être admirés et à se créer une base d’admirateurs dévoués?

La psychologue Dayna Herbert Walker et ses collègues de l’Université d'État de San Francisco se sont intéressés à la question. Dans leurs travaux, ils ont adopté une approche exploratoire afin de mettre en lumière le paradoxe selon lequel certaines caractéristiques négatives des leaders, telles que l'arrogance, la détestabilité et la manipulation, attirent certaines personnes.

Les tyrans, qu'ils soient dans les conseils d'administration ou en politique, n'auraient pas le pouvoir qu'ils ont si leurs partisans ne les soutenaient pas, explique la psychologue dans un communiqué publié par l’université.

Nous nous tournons souvent vers les dirigeants pour comprendre le leadership, mais nous devrions aussi nous tourner vers leurs partisans.

Dayna Herbert Walker

Son groupe de recherche a eu recours à la théorie de l'apprentissage social pour expliquer comment l'attitude des parents peut fournir aux adolescents un modèle de ce qu'est un conflit, et ainsi influencer le type de leadership qui les attirera plus tard dans la vie.

Ces chercheurs ont utilisé les informations recueillies pendant 21 ans dans l’étude longitudinale Fullerton menée auprès de 102 individus. Cette riche source de données a permis d’examiner l'influence de l'environnement familial des enfants sur leurs goûts à l'égard du leadership plus tard dans leur vie.

Les premières données ont été recueillies en 1996, lorsque les participants avaient 17 ans. Deux décennies plus tard, les chercheurs ont posé aux mêmes personnes des questions sur les qualités idéales de leadership.

Leurs analyses montrent une corrélation entre les jeunes qui ont signalé un niveau élevé de conflit à la maison et ceux qui ont préféré à l'âge adulte des traits socialement indésirables de leadership.

Ainsi, une personne qui a vécu un conflit important à l'adolescence avait un risque 20 % plus élevé de préférer un modèle de leadership tyrannique.

L’équipe a aussi établi qu’une attitude égalitaire des pères ainsi que la perception de la sexualité masculine des mères peuvent parfois amplifier cet effet.

Lorsque l'environnement familial des adolescents est dysfonctionnel, il est probable qu'un comportement tyrannique se manifeste, et que le fait d'être un modèle peut influencer la façon dont une personne perçoit le leadership, explique Herbert Walker.

La chercheuse estime que ces résultats jettent un nouvel éclairage sur ce à quoi peut ressembler un leadership idéal et permettent de mieux cerner pourquoi certains individus sont attirés par les tyrans malgré leur approche hargneuse.

Les mauvais patrons

Outre pour les politiciens, ces travaux peuvent aussi être utiles pour les gestionnaires d’entreprise.

Par exemple, un cadre qui pense que les meilleurs doivent être dominateurs ou manipulateurs pourrait lui-même finir par agir en fonction de ces traits de caractère.

Une première étape serait de les amener à remettre en question leurs hypothèses sur les raisons de leurs actions.

Dayna Herbert Walker

Peut-être qu'ils se rendront compte qu'ils y croient, parce que c'est ainsi que leur père s'est comporté et qu'il a réussi dans les affaires. Ils pensent donc que c'est comme ça qu'ils sont censés agir, conclut Mme Herbert Walker.

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of Leadership & Organizational Studies  (Nouvelle fenêtre)(en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !