•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un père refuse de saborder son bateau de pirate construit sans permis

Le couple Konstantinidis se tient debout dans la cour arrière près du bateau en bois.

Voula Konstantinidis et son mari, John Konstantinidis, devant le bateau de pirate qu'ils ont construit pour leurs enfants.

Photo : CBC/Paul Borkwood

Radio-Canada

Un père à Toronto, qui avait construit un énorme bateau en bois avec piscine pour occuper ses deux fils durant la pandémie, jure de ne pas laisser la plainte d'un voisin et la visite d'un inspecteur municipal faire couler sa création.

John Konstantinidis avait pris deux mois pour construire le navire dans sa cour arrière.

Le projet l'occupait depuis la fermeture de son restaurant à cause de la COVID-19. C'est très, très rare que je puisse passer autant de temps à la maison, raconte-t-il. D'habitude, je travaille sept jours sur sept.

La Ville affirme toutefois qu'il aurait dû obtenir un permis de construction pour une structure de cette taille. Par ailleurs, le bateau, qui contient un bassin, a été construit trop proche de la limite de la propriété du voisin, selon un porte-parole municipal.

Pour des raisons de sécurité publique, indique la Ville, une piscine de ce genre nécessite un permis pour s'assurer qu'elle soit bien clôturée.

La Municipalité lui a permis de garder le bateau de pirate, mais à condition qu'il l'éloigne d'environ 1 mètre de la clôture de son voisin.

Son fils Michael, 9 ans, raconte que ça lui a « brisé le coeur » de voir que la piscine devrait être vidée. Son frère de 7 ans, Steven, était tout aussi déçu.

Ça avait pris beaucoup de temps [à mon père] pour construire le bateau.

Steven Konstantinidis, un enfant
Steven et Michael se tiennent devant le bateau en bois.

Steven (à g.) et Michael ont été vraiment déçus de voir que leur père devrait vider la piscine du bateau pour l'instant.

Photo : CBC/Paul Borkwood

M. Konstantinidis ne se laisse pas décourager pour autant.

Je ne sais pas combien de temps ça me prendra, mais si je peux le construire, je peux le déménager.

John Konstantinidis, père

Il a déjà déplacé environ le tiers de la structure et prévoit faire le reste du travail au cours des prochaines semaines.

L'arrière du bateau en bois a été éloigné de la clôture du voisin.

John Konstantinidis a déjà éloigné une partie de la structure de la clôture de son voisin.

Photo : CBC/Paul Borkwood

Le père tire cette leçon de sa mésaventure : il vaut mieux bien s'informer avant de se lancer dans un projet du genre.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario
Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Coronavirus