•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Port du masque obligatoire : les centres commerciaux de l'Estrie se préparent

Une affiche indiquant «Masque obligatoire».

Des affiches rappelle l'obligation de porter le masque aux Galeries Quatre-Saisons de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Martin Bilodeau

Radio-Canada

À 48 h de l'entrée en vigueur du port du masque obligatoire dans les endroits publics fermés, les centres commerciaux effectuent les derniers préparatifs.

Aux Galeries Quatre-Saisons de Sherbrooke, des affiches ont été installées pour rappeler la nouvelle consigne aux clients. Un employé sera également présent pour distribuer des masques aux consommateurs qui n'en ont pas.

C'est sûr qu'on ne peut pas donner de masque à tout le monde, mais ça va nous faire plaisir de dépanner ceux qui se rendent ici.

Dominique Paris, directeur des Galeries Quatre-Saisons

Les clients demeurent partagés quant à l'entrée en vigueur de cette nouvelle règle.Je trouve ça tellement malcommode de porter ça, mais quand je serai obligée, je ferai comme les autres, souligne une cliente.

Plusieurs clients croient toutefois que le port du masque peut véritablement faire une différence en matière de santé publique.Je suis préposée aux bénéficiaires et je le porte au travail. C'est pas plus compliqué de le porter à l'extérieur, souligne une autre consommatrice.

Si on veut finir, ne pas enrayer ça ou la contrôler, ça prend des mesures rigoureuses et ça en fait partie.

Client des Galeries Quatre-Saisons

La police prête à intervenir

Le centre commercial entend toutefois appeler les policiers à intervenir si un client refuse de se soumettre au nouveau règlement. Un constat d'infraction de 165 $ pourrait être remis au contrevenant.

S'il y a des clients qui refusent de coopérer et qui forcent l'entrée on pourra intervenir.

Samuel Ducharme, porte-parole du Service de police de Sherbrooke

Les clients pourraient recevoir une contravention pour avoir refusé de quitter un endroit privé, puisqu'un commerce est considéré comme un endroit privé, rappelle Samuel Ducharme.

Les commerçants qui ne s'assurent pas du respect de cette nouvelle règle s'exposent, quant à eux, à des amendes 400 $ à 6000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Santé publique