•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Sénat américain pourrait empêcher le personnel fédéral d'utiliser TikTok

Un téléphone intelligent avec TikTok sur son écran d'accueil.

L'administration américaine s'inquiète que Pékin puisse avoir accès aux données des personnes qui utilisent l'application chinoise.

Photo : Getty Images / Wachiwit

Radio-Canada

Des membres d’un comité du Sénat américain devraient voter la semaine prochaine pour ou contre une proposition de leur collègue républicain Josh Hawley de bannir l’application chinoise TikTok des appareils téléphoniques professionnels des personnes à l’emploi du gouvernement fédéral.

Le comité sur la sécurité intérieure et les affaires gouvernementales doit tenir une séance mercredi prochain sur le projet de loi déposé en mars.

La grande popularité de l’application chinoise chez les plus jeunes a amené l’administration américaine à étudier les menaces d’espionnage qu’elle pourrait représenter. TikTok a plus de 3 millions d’utilisateurs et utilisatrices aux États-Unis.

Le sénateur républicain Josh Hawley s’est maintes fois inquiété publiquement des risques à la sécurité nationale que pourrait poser TikTok, et de sa manière de gérer les données des personnes qui l’utilisent, craignant que Pékin puisse y avoir accès.

Pour le personnel du gouvernement, c’est vraiment une évidence, a-t-il affirmé aux médias lors du dépôt de son projet de loi en mars. C’est un risque de sécurité majeur. Veut-on vraiment que Pékin ait accès aux données de géolocalisation des membres du personnel fédéral? Veut-on vraiment qu’elle ait accès à ce qu’ils et elles tapent sur leur appareil?

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a indiqué récemment que la Maison-Blanche envisageait sérieusement la possibilité de bannir les applications de réseaux sociaux chinoises aux États-Unis, suggérant que leurs données seraient partagées avec la Chine.

TikTok nie avec vigueur la suggestion selon laquelle elle donnerait accès au gouvernement chinois aux données des personnes qui l’utilisent, assurant qu'elles sont stockées sur des serveurs américains.

Avec les informations de Reuters, et Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Réseaux sociaux

Techno