•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Il y a 30 ans s’éteignait le rocker Gerry Boulet

Gerry Boulet, en camisole, souriant à la caméra.

Le chanteur et compositeur québécois Gerry Boulet, en 1987

Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Radio-Canada

Le 18 juillet 1990, le Québec apprenait la mort du chanteur rock Gerry Boulet. Nos archives témoignent de l’héritage de ce pilier de la chanson québécoise.

C'était une voix unique dans la chanson francophone, une voix qui savait hurler le rock et pleurer le blues. C'était la voix de Gerry Boulet, le plus grand rocker du Québec.

Paul Toutant

C’est ainsi que le journaliste Paul Toutant décrit le chanteur Gerry Boulet à l’annonce de sa mort au Téléjournal du 18 juillet 1990.

Gerry Boulet a rendu l’âme à 44 ans, après avoir lutté contre un cancer fulgurant.

Téléjournal, 18 juillet 1990

Je suis triste et soulagée à la foi, confie Marjo qui a chanté avec lui la poignante chanson Les yeux du cœur.

Il faut y aller au boutte, comme il a été lui-même, exprime à son tour Plume Latraverse qui a partagé la scène avec Gerry Boulet en plus d’écrire pour lui.

À la tête du groupe Offenbach, Gerry Boulet est parvenu à faire sonner le rock en français en y mettant toute son âme.

Sur une musique percutante, il a chanté les plus grands paroliers et il l’a fait en québécois.

Le plus grand rocker du Québec n'est plus, affirme le journaliste Paul Toutant, mais il laisse en héritage un répertoire de chansons qui passeront l'épreuve du temps.

La voix et le rythme d’Offenbach

Offenbach a été d’une grande importance dans l’histoire de la chanson québécoise.

En 1980, il a notamment été le premier groupe francophone à monter sur la scène du Forum de Montréal, traditionnellement réservée aux artistes étrangers.

Gerry Boulet chante avec Offenbach durant seize ans.

Le multi-instrumentiste enregistre avec le groupe quatorze albums qui comprennent des succès tels que Câline de blues, Ayoye, Promenade sur Mars ou Seulement qu'une aventure.

En tête, 1er novembre 1985

Enregistré au moment du concert d’adieu du groupe, ce reportage diffusé à l’émission En tête du 1er novembre 1985 revient sur le phénomène Offenbach.

On est des gens de la rue. C'est une musique populaire. C'est des histoires qui peuvent arriver à n'importe qui, explique Gerry Boulet sur le succès du groupe. C'est pour ça qu’ils se collent à nous autres.

Le journaliste Mario Masson souligne pour sa part la qualité des textes qui accompagnent la musique haute en couleur d’Offenbach.

Des textes étonnants de paroliers qui ont choisi de travailler la langue québécoise.

Pierre Harel, Gilbert Langevin, Michel Rivard et Plume ont écrit pour Gerry Boulet qui a aussi chanté du Piaf et du Jean Genet.

On a été chanceux de rencontrer ces poètes-là, ces auteurs-là. Ça a toujours bien adonné, exprime Gerry Boulet dans le reportage.

Gerry Boulet joint à ces paroles en québécois son grand talent de mélodiste et, surtout, sa voix unique.

Il a une voix de rocker, mais il chante du blues. C’est très personnel, son style. Et il est beau comme un dieu!

Monique Mercure

Une voix brûlée par l'alcool et les cigarettes. Une voix prenante. C'est peut-être la plus belle corde sensible des Québécois, déclare l’animateur Gaston L'Heureux.

Il [le groupe Offenbach] aura aussi laissé, qu'on le veuille ou pas, une façon unique de faire valser la langue française, conclut le journaliste Mario Masson alors que le rideau se ferme pour le groupe.

L’album testament de Gerry Boulet

En 1988, Gerry Boulet offre l’album solo Rendez-vous doux.

Cet album sera aussi son dernier, car le chanteur rock se sait atteint d’un cancer.

Rendez-vous doux deviendra l'un des succès commerciaux les plus importants de l'industrie musicale au Québec.

Vidéo Club, 11 mars 1989

Je me découvre sous un autre angle, confie Gerry Boulet au journaliste Claude Deschênes le 11 mars 1989, au moment de la tournée de spectacles qui suit la sortie de son album solo.

Diffusé dans le cadre du bulletin de nouvelles Ontario ce soir, cet extrait de Vidéo Club nous laisse aussi entrevoir des extraits de la chanson Toujours vivant.

Une chanson qui, avec Les yeux du cœur, permet à Gerry Boulet de rejoindre un large public.

Le rocker se serait-il assagi? lui demande le journaliste.

Il y a des choses plus tendres qui sont sorties dans cet album-là, confirme Gerry Boulet. Le temps change tout.

À l’automne 1989, Gerry Boulet devra interrompre la tournée de Rendez-vous doux pour se concentrer sur ses traitements contre le cancer.

Au Gala de l’ADISQ, il monte sur scène pour récolter deux Félix : album rock et spectacle de l’année.

Gerry Boulet s’éteint à son domicile de Longueuil le matin du 18 juillet 1990.

Vous m'avez monté un beau grand bateau
Vous m'avez fait de bien grandes vagues

Refrain de la chanson « Un beau grand bateau »

Son dernier Félix pour la chanson la plus populaire de l'année, Un beau grand bateau, lui sera remis à titre posthume l’année suivante.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Archives

Arts