•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccins et COVID-19 : le Canada visé par des cyberattaques russes

Des échantillons de protéines sur un comptoir.

Selon le Centre de la sécurité des télécommunications, l’activité malveillante « avait fort probablement pour objectif de voler l’information et la propriété intellectuelle relatives au développement et à l’essai de vaccins contre la COVID-19 ».

Photo : afp via getty images / ANDREW CABALLERO-REYNOLDS

Les autorités de renseignement canadiennes, américaines et britanniques préviennent, dans une déclaration commune, que des entités russes ont tenté de dérober des informations concernant le développement d’un vaccin contre la COVID-19. Il s'agit d'une « menace pour les intérêts des Canadiens », mais cela ne ralentira pas les efforts pour trouver un vaccin, selon le ministre de la Sécurité publique.

Le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) a révélé jeudi des informations concernant une activité de cybermenace de la Russie visant des organismes spécialisés dans la recherche de vaccins dans les trois pays.

Cette activité malveillante avait fort probablement pour objectif de voler l’information et la propriété intellectuelle relatives au développement et à l’essai de vaccins contre la COVID-19, et d’interférer avec les mesures d’intervention alors que les experts de la santé et les chercheurs en médecine ont besoin de toutes les ressources disponibles pour lutter contre la pandémie, peut-on lire dans la déclaration du CST.

Les autorités ne précisent pas quels sont les organismes qui ont été visés et quelles informations auraient pu être subtilisées.

Le groupe APT 29, également connu sous les noms de Dukes ou Cozy Bear et montré du doigt, serait à l’origine de cette activité malveillante et aurait presque certainement mené cette cyberactivité pour le compte des services de renseignement de la Russie.

Les auteurs de l’attaque auraient utilisé des maliciels personnalisés connus sous les noms de WellMess et WellMail.

Le CST et le Centre canadien pour la cybersécurité ont publié un bulletin technique pour aider les organisations à se défendre contre ces attaques.

La pandémie de la COVID-19 présente un risque élevé pour la cybersécurité des organismes de santé canadiens qui prennent part aux activités nationales d’intervention contre la pandémie, a précisé le CST.

Un risque, et même une menace

Le premier ministre du Canada n'a pas commenté directement cette affaire. Justin Trudeau a cependant indiqué que, si la découverte d'un vaccin était essentielle, il fallait aussi protéger la propriété intellectuelle.

Nous allons toujours veiller à protéger la propriété intellectuelle canadienne et empêcher, dans la mesure du possible, l’espionnage par d’autres pays. Mais nous allons toujours chercher à trouver le juste équilibre entre la protection de la propriété intellectuelle et la participation dans des initiatives qui pourront directement bénéficier le Canada et le monde, a déclaré le premier ministre,

De son côté, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, Bill Blair, a déclaré que le gouvernement était préoccupé et non seulement [parce que] cela a été ciblé par les Russes, mais [par] d'autres joueurs étrangers aussi.

Ajoutant que, dans le monde, certains ne respectaient pas les règles, M. Blair a affirmé que cela représentait un risque, et même une menace pour les intérêts des Canadiens.

Bill Blair ne croit pas que les efforts visant à mettre au point un vaccin contre la COVID-19 en sont pour autant ralentis.

Selon lui, ces activités malveillantes constituent toutefois un rappel utile, un avertissement en quelque sorte pour les industries et les scientifiques qui travaillent avec diligence partout au pays pour trouver ce vaccin dont le Canada et le monde entier ont besoin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique