•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement albertain annule le financement d'un centre d'injection supervisée

Des seringues dans un bocal.

Le centre d’injection supervisée, qui a ouvert ses portes en février 2018, disait recevoir 800 visites par jour cet hiver.

Photo : Mel Evans/Associated Press

Radio-Canada

Le seul centre d’injection supervisée de Lethbridge ne recevra plus de subventions du gouvernement, après qu’un audit commandé par la province a conclu qu’environ 1,6 million de dollars ont été utilisés de façon inappropriée.

En mars dernier, un renseignement, transmis anonymement, au sujet de la mauvaise gestion financière de l'organisme ARCHES a convaincu le gouvernement de mandater un cabinet d’experts pour faire la lumière à ce sujet.

La firme d'experts-comptables Deloitte a découvert qu’une partie de l’argent des contribuables destiné à ARCHES pour aider ses clients a plutôt servi à payer un voyage au Portugal, des heures supplémentaires non autorisées et des milliers de dollars en cartes-cadeaux.

Le gouvernement rendra ce rapport public jeudi.

L’ampleur du détournement de fonds publics, la mauvaise utilisation de l’argent, la violation de leurs obligations contractuelles et la mauvaise gouvernance sont profondément inquiétantes, a dit Jason Luan, le ministre associé à la Santé mentale et aux Dépendances mercredi.

Ce dernier se dit même dégoûté que des subventions censées aider des personnes vulnérables, dont la vie est parfois menacée, aient disparu ou été mal utilisées.

Bien que les consultants de Deloitte disent ne pas pouvoir se prononcer sur la légalité de ces gestes, le ministre associé prévoit d’envoyer leur rapport à la police.

Une solution temporaire

Le financement public d’ARCHES devait prendre fin seulement en septembre, mais le conseil d’administration espérait qu’il soit renouvelé. Toutefois après les récentes révélations, le ministre a demandé à Services de santé Alberta de le retirer immédiatement.

La décision d'annuler le financement du centre n’est pas motivée par des opinions politiques, assure le gouvernement.

En attendant de trouver une solution pour le long terme, Services de santé Alberta mettra sur pied un centre d’injection supervisée mobile à Lethbridge.

Si ARCHES reçoit aussi des fonds de la Ville de Lethbridge et du gouvernement fédéral, l’organisme est surtout dépendant des subventions provinciales, car elles représentent les trois quarts de ses revenus, d’après le rapport.

ARCHES a reçu 14,5 millions de dollars de la province entre octobre 2017 et mars 2020 pour offrir des services d’injection supervisée et un programme culturel pour les Autochtones appelé l’taamohkanooshin, ou Everyone Comes Together (ECT).

Le centre d’injection supervisée, qui a ouvert ses portes en février 2018, disait recevoir 800 visites par jour cet hiver.

L’embauche d’un consultant en affaires

Après que le gouvernement provincial a lancé l’audit en mars dernier, le conseil d’administration d’ARCHES a décidé de faire aussi sa propre vérification en embauchant un autre consultant, a raconté à CBC la semaine dernière Aaron Fitchett, président du conseil d’administration.

Les résultats de cette deuxième vérification fiscale ne sont cependant pas encore connus.

L’organisme a également engagé depuis l’hiver un consultant en affaires pour l’aider à faire des changements organisationnels et culturels.

Selon Aaron Fitchett, ARCHES a le désir de s’améliorer.

Si on doit faire face à une réalité difficile, alors on doit y faire face et prendre une décision, a-t-il dit.

Selon lui, avec le retrait des subventions provinciales, ARCHES devra procéder à des restructurations.

Nous sommes déjà en train de travailler pour rendre l’agence meilleure et plus forte, a conclu Aaron Fitchett.

Avec les informations de Janet French

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !