•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toujours pas de date pour le lancement de l'application de traçage d'Ottawa

L'application ne sera pas disponible à temps pour la 3e étape du déconfinement en Ontario, vendredi.

L'image du coronavirus apparaît sur l'écran d'un téléphone intelligent que tient dans ses mains une femme vue de dos.

L'application COVID Alerte devait être lancée le 2 juillet en Ontario.

Photo : Getty Images / DIRK WAEM

Radio-Canada

Le fédéral ne sait toujours pas quand sera disponible l'application de traçage COVID Alerte, qui avait été annoncée en grande pompe par Justin Trudeau en juin et qui devait être lancée le 2 juillet.

L'application pour téléphones intelligents envoie un avertissement à son utilisateur s'il est passé près de quelqu'un qui a contracté le coronavirus, l'incitant alors à subir un test de dépistage.

La technologie COVID Alerte devait être offerte il y a deux semaines en Ontario, avant d'être lancée ailleurs au pays plus tard cet été.

Le gouvernement ontarien, par exemple, y voyait un outil de plus pour permettre au public de « se déplacer librement et en toute sécurité », alors que la province rouvre son économie. Toutefois, l'application ne sera pas disponible vendredi, alors que la plupart des régions de l'Ontario passeront à la troisième étape du déconfinement.

Malgré les assurances d'Ottawa, certains ont exprimé des craintes relativement à la protection de la vie privée et des renseignements personnels. Le Québec a lancé des consultations publiques qui s'étendront jusqu'au 2 août pour tâter le pouls des Québécois sur ce type de technologie.

De son côté, Cole Davidson, attaché de presse et conseiller en médias sociaux au cabinet de la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, affirme que « plusieurs des enjeux identifiés ont déjà été corrigés ».

Notre travail se poursuit. Je n'ai pas de date confirmée de lancement de l'application pour l'instant.

Cole Davidson, attaché au bureau de la ministre fédérale de la Santé

L'application a été conçue par des spécialistes des compagnies ontariennes Shopify et BlackBerry sous la supervision du Service numérique canadien et du gouvernement de Doug Ford, en Ontario.

Dans un communiqué publié le 18 juin, le gouvernement ontarien assurait que la sécurité était sa priorité. Les gouvernements s'appuieront sur l'expertise bénévole de l'entreprise BlackBerry pour vérifier les protocoles de sécurité et de confidentialité de l'application, en plus des examens en matière de sécurité effectués à l'interne, pouvait-on lire.

Interrogé à ce sujet mardi, le premier ministre Doug Ford a répété que l'Ontario est prêt à aller de l'avant. On n'attend que le feu vert du gouvernement fédéral, précise-t-il.

La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott, assure que l'application est sécuritaire et ajoute que la province fera une campagne de promotion lorsqu'elle sera lancée. Ça va être utile, dit-elle, seulement si beaucoup de gens la téléchargent et s'en servent.

Le téléchargement de l'application est volontaire, mais les premiers ministres Justin Trudeau et Doug Ford, notamment, ont incité les résidents à l'installer sur leur téléphone quand elle sera disponible.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Politique