•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Floride franchit à son tour le cap des 300 000 cas de COVID-19

Plus de 50 hôpitaux n'ont plus aucun lit disponible dans leurs unités de soins intensifs.

Vêtus de combinaisons sanitaires, deux membres du personnel médical prennent soin d'un patient intubé, qui est allongé sur le ventre.

Le personnel médical s'occupe d'un patient souffrant de la COVID-19 dans une unité de soins intensifs.

Photo : Reuters / Lucy Nicholson

Troisième État à franchir le seuil des 300 000 cas, après New York et la Californie, la Floride est aux prises avec une pénurie de lits dans les unités de soins intensifs de dizaines d'hôpitaux.

Les autorités floridiennes ont précisé que 54 hôpitaux n'avaient plus aucun lit disponible dans leurs unités de soins intensifs. Selon CBS News, la situation s'applique à l'ensemble des hôpitaux du comté de Miami-Dade, le plus peuplé de l'État.

Les unités de soins intensifs d'une quarantaine d'autres hôpitaux floridiens sont en outre remplis à 90 % de leurs capacités.

Malgré la flambée épidémique dans son État, le gouverneur Ron DeSantis, qui avait mis en place l'un des plans de réouverture les plus rapides du pays, a refusé de dire s'il ferait marche arrière. À la tête de l'État censé accueillir la majeure partie de la convention républicaine, le mois prochain, l'élu républicain a plutôt défendu le bilan de son administration.

La situation continue d'être préoccupante ailleurs dans le sud du pays, notamment au Texas, en Arizona et en Californie, eux aussi à l'épicentre de la pandémie. Mercredi, le Texas a rapporté plus de 10 000 nouveaux cas.

Les quatre États continuent de compter pour la majeure partie des nouveaux cas, mais aussi des décès rapportés mercredi aux États-Unis, selon CBS News.

Le pays a globalement recensé plus de 65 000 nouveaux cas mercredi, le deuxième bilan depuis le début de la pandémie après celui de vendredi dernier, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies.

La gravité des symptômes nécessitant une hospitalisation est également en hausse. D'après les données du COVID Tracking Project, plus de 56 000 Américains sont hospitalisés, un sommet qui n'avait pas été atteint depuis le 25 avril.

La pandémie continue de gagner du terrain sur la majeure partie du territoire américain, forçant des États à resserrer leurs mesures.

Selon une compilation du New York Times, le nombre de nouveaux cas depuis 14 jours a augmenté dans 41 États, de l'Alaska à la Georgie en passant par l'État de Washington et l'Ohio.

Les États-Unis comptent 3,6 millions de cas de COVID-19 connus et plus de 140 000 morts, selon le site Worldometers.

Plaidoyer du gouverneur de l'Ohio

Au cours d'une allocution officielle faite en soirée, le gouverneur de l'Ohio, le républicain Mike DeWine, a sonné l'alarme, implorant ses concitoyens de ne pas baisser la garde. Quand nous le faisons, nous jouons littéralement à la roulette russe avec nos propres vies, celles de nos familles et de nos voisins, a-t-il dit.

Nous devons agir maintenant. Ce n'est pas une pratique. Ce n'est certainement pas un canular. Ce n'est pas une répétition générale. C'est la réalité. L'ennemi est là.

Mike DeWine, gouverneur de l'Ohio

Il a en outre contredit le président Trump, qui associe la hausse du nombre de cas à une capacité accrue du dépistage.

Le nombre de tests positifs en Ohio a grimpé en flèche de près de 200 %, a-t-il indiqué. Il est clair que notre nombre de nouveaux cas n'est pas seulement le résultat d'une augmentation du nombre de tests.

Confrontée au pire bilan de son État depuis le début de la pandémie, avec près de 50 morts et quelque 1400 hospitalisations, la gouverneure de l'Alabama, Kay Ivey, a pour sa part imposé le port du masque dans les lieux publics, tout comme son homologue du Montana, Steve Bullock, un démocrate.

La mesure est aussi adoptée par le secteur privé. Trois entreprises, soit Walmart – le plus important détaillant du pays –, la chaîne d'épiceries Kroger et la chaîne de détaillants Kohl's, ont décidé d'exiger de leur clientèle, dès les prochains jours, un couvre-visage.

D'autres États remettent en place certaines restrictions qui avaient été levées. Se disant préoccupé par la montée inquiétante des nouveaux cas, le gouverneur de la Pennsylvanie, Tom Wolf, un démocrate, a décidé de réduire le nombre de places assises dans les restaurants et de limiter la taille des rassemblements.

À l’inverse, le gouverneur de la Georgie, le républicain Brian Kemp, a spécifiquement interdit aux villes et aux comtés de l’État d'ordonner aux gens de porter un masque dans les lieux publics. Le décret adopté mercredi vient ainsi annuler les dispositions prises par au moins 15 instances locales, dont Atlanta.

Au moment où le pays connaît une nouvelle flambée épidémique qui ne fait que s'amplifier, la Maison-Blanche a essuyé des critiques pour sa campagne de dénigrement contre son épidémiologiste en chef, le Dr Anthony Fauci. Ce dernier a cependant averti qu'il n'entendait pas démissionner.

Un premier gouverneur atteint de la COVID-19

Le gouverneur de l'Oklahoma, le républicain Kevin Stitt, est par ailleurs devenu le premier gouverneur à se déclarer infecté par le coronavirus.

Le politicien, qui a souvent été vu en public sans masque, notamment lors du rassemblement du président Trump dans son État, à Tulsa, le mois dernier, a dit ignorer où il l'avait contracté.

À la mi-mars, il avait été critiqué pour avoir mis en ligne une photo avec ses enfants dans un restaurant bondé.

Avec les informations de New York Times, CBS News, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

International