•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une conseillère municipale de Winnipeg réévalue sa démission du conseil de police

Vivian Santos souriante.

La conseillère municipale du quartier Point Douglas, Vivian Santos.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La conseillère de Point Douglas, Vivian Santos, qui a démissionné de son nouveau poste au conseil de police de Winnipeg mardi après avoir échoué à la vérification de sécurité affirme qu’elle envisage d’annuler sa démission.

Je pense que la police de Winnipeg a agi de façon arbitraire et m'a refusé l'équité procédurale, a déclaré la conseillère dans un tweet mercredi.

Mardi, elle a indiqué qu'elle ne savait pas pourquoi elle avait échoué à la vérification et qu’elle démissionnait de son poste. Elle affirme que la police a refusé de lui dire pourquoi elle n’a pas réussi la vérification de sécurité.

En plus d’une éventuelle annulation de sa démission, Vivian Santos a dit sur Twitter qu'elle examine des options juridiques pour blanchir sa réputation.

La police municipale a dit mardi qu'elle ne commentait pas les vérifications de sécurité spécifiques.

L'avocat de la défense Scott Newman soutient que l'échec de Vivian Santos à la vérification soulève des questions quant à cette procédure. Il ne pense pas que la police devrait effectuer des vérifications concernant les personnes censées les superviser.

Qui devrait pouvoir avoir le dernier mot quant à savoir si quelqu'un est de bonne moralité? Est-ce le maire? Est-ce le conseil municipal? Est-ce la police de Winnipeg? demande-t-il.

Il croit que la loi entourant l'admissibilité aux conseils de police est vague et confuse.

Vivian Santos a le droit de savoir pourquoi elle a échoué, dit-il, et elle a le droit de se défendre en vertu de la Charte canadienne des droits et libertés.

Il doit y avoir une sorte de processus en place qui permet de corriger les erreurs, d'avoir un processus d'appel pour blanchir son nom, poursuit l’avocat. Le nom des candidats rejetés a été traîné dans la boue quand on leur dit : "Nous ne sommes pas convaincus que vous soyez une personne de confiance."

Avec les informations de Bryce Hoye

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !