•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La COVID-19, un risque pour encore un an ou deux, prévient la Dre Etches

Une affiche sur la porte extérieure d'un immeuble donnant accès au train léger rappelle que le porte du masque est requis.

Le port du masque est obligatoire depuis le 15 juin dans le train léger et les autobus d'OC Transpo (archives).

Photo : Radio-Canada / Trevor Pritchard/CBC

Radio-Canada

Préparez-vous à encore un an ou deux de COVID-19, a prévenu la médecin-chef de Santé publique Ottawa (SPO) au conseil municipal mercredi. Les mesures d’hygiène et de distanciation seront donc de mise jusqu’en 2021, ou même jusqu’en 2022, pour éviter de nouvelles vagues.

La Dre Vera Etches a lancé cet avertissement, alors que les divers indicateurs utilisés pour mesurer la gravité de la pandémie sont stables ou à la baisse. Les Ottaviens, a-t-elle insisté, doivent rester sur leur garde pour éviter une deuxième vague.

Il reste maintenant 58 cas actifs de COVID-19 officiellement confirmés en laboratoire à Ottawa. Parmi ce lot de malades, trois sont hospitalisés. Le dernier décès attribuable au nouveau coronavirus, le 263e au total, a été enregistré le 25 juin dernier. Des 2167 cas recensés dans la capitale depuis le début de la pandémie, 85 % sont considérés comme étant résolus.

La Dre Vera Etches s'adresse aux médias.

La Dre Vera Etches, médecin en chef de Santé publique Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Même si le nombre d’éclosions et de nouveaux cas a chuté durant l'étape 2 du déconfinement, la Dre Etches a fait remarquer qu’il est impossible d’identifier la cause exacte de plus de 40 % des nouvelles infections dépistées depuis les deux dernières semaines.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Le masque maintenant obligatoire à l’intérieur

Les élus d’Ottawa ont également adopté un règlement municipal qui oblige le port du masque dans les espaces publics intérieurs. Les individus réfractaires pourraient recevoir une amende de 200 $.

Les entreprises et commerces qui n’informent pas suffisamment leurs clients pourraient quant à elles devoir payer 400 $. Le conseiller du quartier Capitale, Shawn Menard, a tenté de faire réduire l’amende aux individus à 40 $, mais le conseil s’y est finalement opposé.

Le directeur général des Services de protection et d’urgence, Anthony Di Monte, estime qu’une amende de 40 $ n’aurait pas l’effet souhaité.

Anthony Di Monte répond aux questions d'une journaliste dans son bureau.

Le directeur général des Services de protection et d’urgence de la Ville d'Ottawa, Anthony Di Monte (archives).

Photo : Radio-Canada

Je veux rappeler aux gens que si notre objectif est l’éducation, la sensibilisation, il y aura très peu de tickets qui seront donnés, a-t-il fait valoir. Lorsqu’on donne un ticket, c’est parce qu’on est devant quelqu'un qui ne veut pas respecter l’objectif de santé publique que nous avons durant la pandémie.

De demander aux agents d’intervenir pour donner des tickets – ou même des agents de police – de 40 $, ça n'aura aucun impact.

Anthony Di Monte, directeur général des Services de protection et d’urgence de la Ville d'Ottawa

Le règlement municipal s’applique immédiatement et sera maintenu au moins jusqu’au prochain conseil municipal qui aura lieu le 26 août.

Un éventail de scénarios

SPO a devant elle trois scénarios. Selon le plus optimiste d’entre eux, la Ville sera en mesure de continuer son contrôle de la propagation de la COVID-19 tout en allégeant prudemment les restrictions.

Il se pourrait aussi que les autorités ajustent les restrictions, selon les diverses flambées, et les besoins qui évolueront dans les semaines et les mois à venir. Le pire des scénarios anticipe une deuxième vague qui menacerait de plus belle le système de santé à Ottawa, ce qui forcerait l’imposition de nouvelles mesures de confinement.

Cette possibilité n’est pas du tout souhaitable, a insisté la Dre Etches, mais les gestes individuels vont faire la différence, car la protection et la prévention sont plus efficaces que les tests de dépistages.

Avec les informations de Fiona Collienne et de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Politique municipale