•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario réforme le système de financement des foyers de soins de longue durée

De nouvelles règles de visite dans les centres de soins de longue durée ont également été annoncées.

La ministre ontarienne des Soins de longue durée, Merrilee Fullerton, lors du point de presse quotidien de la province avec Doug Ford à ses côtés.

Le gouvernement Ford dit avoir hérité d'un « système défectueux ».

Photo : The Canadian Press / Nathan Denette

Radio-Canada

L'Ontario souhaite moderniser les centres de soins de longue durée dans l'ensemble de la province, a expliqué le premier ministre Doug Ford lors de son point de presse mercredi. La réforme du système de financement prévoit la mise en service de 30 000 lits d'ici 10 ans tout en dotant les nouveaux établissements de l'air climatisé.

Une cible de 30 000 lits en 10 ans

L'Ontario souhaite accélérer les travaux visant à construire et à moderniser les foyers de soins de longue durée dans l'ensemble de la province.

Précisant avoir hérité d'un système défectueux, le premier ministre Doug Ford s'engage à ouvrir 30 000 lits dans les centres de soins de longue durée d'ici 10 ans.

Après des décennies de négligence et de sous-investissement, les failles du système ne peuvent plus être ignorées.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

À court terme, l'annonce prévoit l'ajout de près de 8000 nouveaux lits tandis que 12 000 autres places dans les centres seront rénovées.

Ces 20 000 nouveaux lits prévus constituent la première étape d'un certain nombre de nouvelles initiatives, a fait valoir Doug Ford lors de son point de presse, mercredi.

Il assure par ailleurs que ces travaux seront réalisés aux quatre coins de la province. Peu importe où vous vivez, vous et vos proches devriez avoir accès à des soins de longue durée de la plus haute qualité, a souligné M. Ford.

Une dame habillée en uniforme d’infirmière regarde à travers la fenêtre.

Selon le gouvernement de l'Ontario, entre 2011 et 2018, 611 nouveaux lits de soins de longue durée ont été aménagés dans la province, soit moins d’un lit par foyer.

Photo : Radio-Canada / Evan Mitsui

L’air conditionné obligatoire, mais pas pour les vieilles installations

Le gouvernement a également annoncé que l’air conditionné devra être obligatoire dans tous les nouveaux foyers et inclus dans tout nouveau projet de rénovation.

C'est quelque chose qui aurait dû être fait il y a de cela de nombreuses années, estime le premier ministre Doug Ford.

Le gouvernement n’a toutefois pas su dire quelle somme serait nécessaire pour mettre cette mesure en place, mais a précisé qu’il s’agirait de fonds consacrés à cette amélioration.

Selon Merrilee Fullerton, ministre des Soins de longue durée, la pandémie de COVID-19 a ralenti l’étude du marché et rendu plus complexes les conditions d’utilisation de l’air climatisé dans les centres de soins de longue durée.

Cette nouvelle annonce n'impose pas l’installation d’air conditionné dans les établissements qui n’en possèdent actuellement pas ou qui ne prévoient pas de rénovations. La province assure cependant créer un fonds pour encourager les foyers existants à se doter d'un système.

L’Ontario compte 626 foyers de soins de longue durée qui hébergent plus de 78 000 résidents.

Le gouvernement n’a pas été en mesure de dire combien des 626 foyers ontariens sont actuellement équipés d’air conditionné, mais dit attendre, au cours des prochains jours, les résultats d’un sondage qui leur a été envoyé pour obtenir cette information.

Un financement à géométrie variable

L’enveloppe de 1,75 milliard de dollars qui avait été annoncée en 2019 pour la construction de 15 000 nouvelles places dans les foyers de soins de longue durée et la rénovation de 15 000 autres d'ici 2024 sera attribuée différemment, selon le ministère des Soins de longue durée.

Face au manque de réaction de la part du secteur privé, le ministère a choisi de changer le modèle de financement pour inciter la construction de plus de centres pour aînés.

Les subventions actuelles fonctionnent sur un plan de remboursement sur 25 ans avec une subvention de base, une subvention selon la taille du foyer et un financement de base pour l’hébergement.

Dans le nouveau système, le gouvernement paiera jusqu’à 17 % des frais initiaux, en plus d’augmenter les subventions de base.

Par ailleurs, cette subvention de base variera en fonction de la taille du marché où se situe le foyer. Les grands centres urbains comme Toronto, Ottawa ou Hamilton bénéficieront d’une plus importante augmentation des subventions que les régions rurales.

Selon la députée néo-démocrate de Nickel Belt, France Gélinas, cette réforme incite particulièrement à construire de grandes maisons de soins de longue durée, un modèle qui ne correspond pas aux besoins de la population concernée.

Pour les patients, pour les résidents, pour la famille, pour la qualité des soins, ça ne change absolument rien.

France Gélinas, députée NPD de Nickel Belt
France Gélinas répond aux questions des journalistes de Radio-Canada.

France Gélinas, députée de Nickel Belt et porte-parole du NPD en matière de santé.

Photo : Radio-Canada / Matéo Garcia-Tremblay

Selon elle, ce système va désavantager les régions rurales pour lesquelles les subventions sont moins généreuses.

Mme Gélinas considère que les gros investisseurs et les agents d’immeuble qui bâtissent ces centres pour aînés ont eu ce qu’ils demandaient depuis longtemps.

Avec le nouveau modèle, ils pourront obtenir une somme considérable dès la fin de la construction, explique-t-elle.

Des besoins non comblés

Cet investissement était grandement attendu dans ce secteur durement éprouvé par la pandémie, mais certains acteurs du milieu auraient tout de même souhaité que le gouvernement ontarien aille plus loin.

L'argent ne va pas résoudre tous les problèmes que nous avons dans le système des soins de longue durée, soutient le Dr Nathan Stall, spécialiste en gériatrie à l'Hôpital Mount Sinaï de Toronto.

Selon lui, l’annonce du gouvernement est incomplète et plusieurs détails sont manquants.

En ouvrant de nouveaux lits, ce qui prend des années, nous ne répondons pas aux besoins immédiats [...]

Dr Nathan Stall, spécialiste en gériatrie à l'hôpital Mount Sinaï de Toronto

D’après le Dr Stall, l'enveloppe financière doit être assortie d'une plus grande collaboration intersectorielle afin de traiter le problème dans son ensemble.

L'Association des soins de longue durée de l'Ontario (OLTCA) considère cette annonce comme un pas important pour assurer la viabilité du secteur, mais espère que le gouvernement s'attaquera également aux problèmes systémiques de longue date, y compris le manque de personnel et la lourdeur bureaucratique.

Selon la présidente de l’OLTCA, Donna Duncan, ce sont 36 000 personnes âgées dans le besoin qui sont toujours sur une liste d'attente en Ontario.

Le syndicat SEIU Healthcare estime quant à lui que l'aide annoncée par le gouvernement Ford n'améliore en rien la qualité des soins pour les résidents vulnérables et ne fait qu'étendre un système déjà éprouvé.

L’annonce du gouvernement survient alors qu’il tient des consultations sur la réforme des modèles de foyer de soins de longue durée.

De nouvelles règles de visite

Lors de son point de presse, le premier ministre a également annoncé le changement des règles de visite dans les foyers de soins de longue durée.

Dès aujourd'hui, il est possible pour les proches aidants et les familles d'effectuer des visites à l'extérieur sans subir un test de dépistage de la COVID-19 au préalable.

À compter du 22 juillet, les visites à l'intérieur seront également permises à condition qu'un test de dépistage ait été effectué et soit revenu négatif dans les deux semaines précédant la visite.

Le nombre de visiteurs est cependant limité à deux personnes à la fois.

Avec les informations de Rozenn Nicolle et de Natasha MacDonald-Dupuis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale