•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une peine de prison à vie pour Justin Bresaw

Justin John Bresaw est accompagné d'une agente de sécurité dans le palais de justice.

Justin John Bresaw

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Radio-Canada

Le juge a donné à Justin Bresaw une peine de prison à vie, sans possibilité de libération avant 18 ans.

Le 17 juin dernier, Justin John Bresaw avait été reconnu coupable de trois meurtres au deuxième degré, soit les meurtres de Diane Duhaime, de René Deschatelets et de Jean-Guy Labelle à Amos.

Il s'agit de la peine qui était réclamée par la Couronne dans ce dossier.

Au palais de justice d'Amos, le juge a expliqué sa décision en mentionnant le caractère brutal des crimes et l'absence de facteurs atténuants.

Justin Bresaw a déjà purgé 7 ans de sa peine en prison. Il pourra donc faire une demande de libération conditionnelle dans 11 ans.

Trois femmes et un homme dans un corridor du palais de justice.

Des membres de la famille des victimes.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Alors que prend fin ce long processus judiciaire, la soeur de Diane Duhaime, Monique Duhaime, a été soulagée d'apprendre que Justin Bresaw passera les 11 prochaines années derrière les barreaux.

On est soulagés, parce que ça fait huit ans... ça soulage. C'est toujours de se rappeler ce qui s'est passé, témoigne-t-elle.

La procureure de la Couronne, Me Geneviève Lamontagne, était satisfaite que le juge ait tranché en faveur de sa demande.

C'est ce qu'on avait demandé au tribunal lors de nos plaidoiries, au mois de juin, le tribunal a conclu ce qu'on avait demandé, donc on est satisfaits, a-t-elle déclaré à sa sortie de la salle de cour.

Genevière Lamontagne porte une toge dans le palais de justice.

La procureure de la poursuite, Me Geneviève Lamontagne

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Elle mentionne que c’est la première fois dans sa carrière que l’accusé ne se présente pas.

C’est prévu au Code criminel, il y a des exceptions, des situations qui font en sorte que le tribunal peut procéder en l’absence de l’accusé. C’est pour ça que le juge ce matin a fait des vérifications avec le centre de détention pour s’assurer que c’était vraiment la volonté de M. Bresaw de ne pas être présent avant de poursuivre, explique-t-elle.

Justin Bresaw a 30 jours pour présenter un avis d'appel. Me Lamontagne précise cependant que certaines procédures permettent de proroger un délai d'appel.

Plus de détails suivront.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Abitibi–Témiscamingue

Procès et poursuites