•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de train à grande fréquence mis en veilleuse faute de mobilisation?

Un train de passagers circule sur une voie ferrée sinueuse en été.

Un train de passagers de VIA Rail

Photo : Reuters / Shaun Best

Radio-Canada

Le ministre des Affaires étrangères et député de Saint-Maurice-Champlain François-Philippe Champagne aimerait voir une plus grande mobilisation des maires des villes le long du tracé du train à grande fréquence (TGF) Québec-Windsor pour éviter que le projet ne soit écarté.

En entrevue lundi à l’émission 360 PM, il a lancé un appel aux élus et aux chambres de commerce des municipalités concernées à faire valoir avec plus d’insistance l’importance que pourrait avoir pour eux la venue du TGF.

« Ce que je veux, c’est qu’autant du côté provincial, on en fasse une priorité, tant au Québec qu’en Ontario, que ça devienne un enjeu prioritaire autant pour les maires sur le tronçon », a fait valoir François-Phillipe Champagne.

Il faut que ces gens-là parlent!

Le ministre François-Philippe Champagne

Le ministre Champagne a indiqué que l’arrêt du train à grande fréquence à Trois-Rivières était maintenant acquis, si le projet voit le jour.

Il invite maintenant les acteurs économiques et politiques locaux à se chercher des alliés dans des villes comme Montréal, Québec, Toronto et Windsor, qui seraient elles aussi desservies par le TGF.

Un appel entendu par la Chambre de commerce de Trois-Rivières

Le président de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières (CCI3R), Jean Pellerin, a réagi mardi aux propos du ministre François-Philippe Champagne.

Jean Pellerin constate que la mobilisation des acteurs économiques est acquise entre Québec et Montréal. L'engouement ne semble toutefois pas le même du côté ontarien.

Carte du sud du Québec et de l'Ontario sur laquelle apparaissent deux tracés en orange et en bleu avec une série de villes.

Le tracé approximatif du nouveau corridor proposé par VIA Rail au nord des voies ferrées utilisées actuellement.

Photo : Radio-Canada/VIA Rail

Je pense que l’urgence et l’importance du TGF semblent moins présentes dans des villes comme Peterborough, Kingston, Oshawa ou Toronto, a observé le président de la chambre de commerce. Oui, ils aimeraient avoir ce tracé-là, mais ce n’est pas nécessairement dans leurs priorités.

Il estime qu'il faudrait peut-être motiver nos voisins à faire pression pour que le projet se réalise.

Jean Pellerin croit que le gouvernement canadien comprend l’importance du projet de TGF, pour lequel il a déjà déboursé des millions de dollars, mais qu’il veut s’assurer de sa pertinence.

Il faut réaliser que c’est un projet de très grande envergure, qui va entraîner des déboursés importants. […] Comme c’est la population qui va payer à travers le temps, il faut que la population appuie le projet et démontre qu’elle tient à l’avoir.

Jean Pellerin, président de la CCI3R

Le projet de train à grande fréquence entre Québec et Windsor présente un tracé de 1100 km qui comprend une vingtaine de stations, dont Trois-Rivières ferait partie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Transports