•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La LNH défend sa décision de faire venir des équipes de diffusion américaines à Toronto

Un homme s'adresse aux journalistes lors d'une conférence de presse.

La Ligue nationale de hockey a annoncé quelles sont les deux villes bulles qui accueilleront la reprise du hockey le 10 juillet.

Photo : Associated Press / Charles Krupa

Radio-Canada

La décision de la Ligue nationale de hockey de confier la diffusion des matchs de qualifications et des séries disputés à Toronto au réseau américain NBC fait des mécontents.

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, n'est pas du tout d'accord avec cette décision.

Un porte-parole de la LNH a indiqué que des employés du réseau américain NBC intégreront la zone sécurisée de la Ligue à Toronto, même si le diffuseur canadien Sportsnet est établi dans la Ville Reine.

Sportsnet produira les images en direct à Edmonton, soit l'autre ville choisie par la LNH pour accueillir une douzaine d'équipes de hockey.

Gary Meagher, le vice-président directeur des communications de la LNH, précise que 95 % des 2000 personnes qui travailleront dans les villes bulles dans le cadre de la relance – à l'exception des joueurs, du personnel des équipes et de la Ligue – seront des Canadiens.

Une caméra survole une surface de jeu, accrochée par de longs câbles.

L'entreprise canadienne Sportsnet assurera la production des matchs du tour préliminaire et des séries éliminatoires de la Coupe Stanley à Edmonton, en Alberta.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Meagher dit que Sportsnet et NBC, détenteurs des droits de diffusion de la LNH en Amérique du Nord, ont chacun offert leurs services pour produire les matchs de la reprise, qu'ils aient lieu au Canada ou aux États-Unis.

La LNH a officiellement désigné les villes canadiennes de Toronto et Edmonton comme villes bulles vendredi dernier.

Sept villes américaines et trois villes canadiennes faisaient partie de la liste de candidates au départ. La flambée de cas de COVID-19 aux États-Unis a découragé la Ligue d'y effectuer son retour au jeu.

Notre plan [et notre obligation] dès le début du projet était d'impliquer ces deux diffuseurs dans la production de l'horaire de diffusion le plus ambitieux de l'histoire de la Ligue, et ce, pour servir nos partisans, a indiqué Meagher dans un courriel.

Le premier ministre Doug Ford en conférence de presse.

Doug Ford

Photo : La Presse canadienne / Steve Russell

Une mauvaise surprise

Lors d'une conférence de presse tenue mardi, Doug Ford a estimé qu'une équipe de diffusion canadienne aurait pu faire le travail.

Je crois que nous avons ce qu'il faut, a-t-il dit. Mais je ne contrôle pas le contrat de la LNH, le contrat qu'elle a signé avec NBC. Mes mains sont liées. J'aimerais pouvoir rompre ce contrat et exiger que plus de Canadiens soient employés [...] cela dit, malheureusement, je crois que la LNH a une entente avec NBC.

Ford dit que l'implication du réseau NBC ne faisait pas partie des négociations avec les instances de la province.

On nous a lancé cela à la dernière minute, a-t-il précisé. On fait tout en notre pouvoir pour permettre à la Ligue nationale d'aller de l'avant avec son projet. Malheureusement, ce détail ne faisait pas partie des plans au départ. On a découvert cela, il était trop tard et il nous faut aller de l'avant avec la LNH. C'est pour un court laps de temps.

Le Dr Howard Njoo, le chef adjoint de la santé publique du Canada, a indiqué que les membres des équipes de diffusion de NBC devront se soumettre à des tests de dépistage réguliers comme tout le monde dans la zone sécurisée de la Ligue.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Hockey

Sports